5 mois

il y a
1 min
38
lectures
2

Avocat et Corbeau ... En train de se métamorphose  [+]

Personnages :

- Un homme
- Une femme

(La femme tourne la tête à droite et à gauche. Elle attend manifestement quelqu’un. Elle porte un trench beige, des bottes de la même couleur et un jean bleu. Un homme s’approche par derrière et dépose un baiser sur ses cheveux)

La femme (qui se retourne en souriant) :
Mon AmÔur...

L’homme :
Oui. C’est moi.
(Il la serre contre lui. Fort)

La femme :
Viens. Je n’ai rien mangé encor

(Ils entrent dans une brasserie parisienne, et s’assoient dans un petit coin tranquille, l’un en face de l’autre. Il prend un déca. Elle choisit un thé. Leurs mains se touchent)

La femme :
Tu as déjà pensé à ce qui se serait passé si je t’avais dit non, la première fois, il y a cinq mois ?

L’homme :
Souvent, oui. J’en ai même rêvé une nuit.

La femme :
Ôh... mon chéri...

L’homme :
Et oui... Si tu m’avais dit non... Je crois que j’aurais continué à tenter de te séduire. Dès l’instant où je t’ai vue de l’autre côté de la rue, j’ai su. J’ai su que je te voulais et que ça serait différent de tout ce que j’avais pu connaître jusque là.

La femme :
Rhooooo tu exagères mon AmÔur !!!

L’homme :
Oh non, je t’assure. Quelque chose dans ta démarche, dans ton sourire. Dans ce café, ensuite, j’ai eu la sensation d’être redevenu un ado. Empoté et timide.

La femme :
Tu m’as pris la main, quand même (elle sourit)

L’homme :
Oui, je t’ai pris la main et tu m’as frôlé en te levant. Et puis... et puis nous avons commencé notre belle histoire

La femme :
Tu regrettes parfois ?

L’homme :
Regretter quoi ?

La femme :
Tout... nÔus... le manque, la souffrance de n’être pas libres l’un pour l’autre, les séparations, ma décision... tout quoi...

L’homme :
Oh mais ce n’est pas « tout », ça... tu oublies tout le reste... les baisers sous la pluie, les caresses dans les draps, les balades dans Paris, nos mots, tous nos mots... tes yeux-univers, tes lèvres sucrées...

La femme :
Non je n’oublie pas

L’homme :
Et toi, tu regrettes ?

La femme :
Pas une seule seconde

L’homme :
Mais comment va-t-on faire mon Ange ?

La femme :
Je ne sais pas Nicolas. Je sais juste que je t’aime.

L’homme :
Je t’aime aussi.

(Elle lui prend la main. Elle est redevenue chaude et se resserre autour de la sienne. Ils s’observent en silence, comme ce fut le cas cinq mois plus tôt. Aucun des deux n’ose briser ce beau silence amoureux qui n’appartient qu’à eux. Tout autour doit s’évanouir progressivement, pour finir par disparaître complètement)

[rideau] [
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

À l'aise !

Thierry Mulot

Deux heures qu’on marchait et j’en avais ma claque.
On avançait tous les quatre en file indienne et ça n’arrêtait pas de grimper. Au début je m’étais mis en deuxième position, juste... [+]