45 RPM

il y a
1 min
66
lectures
8

J'écris depuis l'âge de 13 ans, depuis je contemple des pages blanches  [+]

Je l’attrape par la tranche, ma main épouse sa courbure, doucement, fermement, passionnément, je la soulève et prends le temps d’apprécier ses moindre détails, la douceur de sa surface, les petits creux qui la recouvrent et la dépose délicatement sur le doux lit de platine.
Sa pochette est tombée, et on peut lire, sous le ciel étoilé gris et bleu, en lettres de couleur nuit: « Vincent ».
J’avais volé ce petit chef-d’oeuvre à un ami.
J'ai toujours eu une fascination pour l’authentique. Certains diraient que j’ai des goûts d’un autre âge. Peut-être. Je n’ai simplement pas pu me conformer aux nouveaux standards influencés et transformés par le numérique.
Avant de commencer je songe à la dernière fois, petit plaisir coupable, et le souvenir des percussions sur mon corps m’hérisse les poils de la nuque.
Timidement je pose mon diamant sur le renfoncement du premier sillon, d’un commun accord nous lançons cette belle spirale et lentement commence le doux battement, droite, gauche, droite, gauche, à peine perceptible. Une gémissante harmonie monte des enceintes, au nombre de deux, encore jamais enceintes. Chaque corde pincée me mordille le lobe de l’oreille. La mélodie continue le temps de trois refrains, la tête saute, la musique s’arrête un instant, et reprend le temps de trois mouvements, au rythme des va-et-vient à 45 tours par minute.
La face A est finie, je respire un coup. Mais je veux encore continuer la chorégraphie. Elle me sourit. Une douce voix de hautbois.
« Retourne-moi, c’est meilleur.»
La deuxième partie, si souvent mystérieuse, toujours surprenante, se lance, plus mouvementée. La danse s’emballe, mon déhanché peine à suivre, mais il suit, chaque oscillation est amplifiée d’une douce mélopée, nos souffles s’intensifient au gré des gammes ascendantes, l’onde me monte à la tête, les coeurs lancent des notes soutenues haut perchées.
Trois cris. Deux staccatos, un ritadando.
Et le silence.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Très très courts

Le bâton du baryton

Benoit Gautier

Hey Joe, te souviens-tu du film de Woody Allen La Rose pourpre du Caire ?... Les personnages traversent la toile et le cinéma envahit la vie. Telle ta voix chaude de baryton qui imbibait le... [+]