2
min

BiBi chez le docteur

Image de Andrew Clarkev

Andrew Clarkev

5 lectures

0

-Bonjour Docteur,
-Bonjour monsieur Bibi
-Docteur, tout le monde ou presque parle d'environnement
-Oui monsieur Bibi je le sais
-Mais que faisons-nous en définitive?
-Comment ça monsieur Bibi
-Docteur, je veux dire, partout, tout cherche à nous vendre de la propreté et de l'hygiénisme, des lingettes, pour les fesses, les mains, les bidets, les plaques vitraux céramiques, les sols, les carrosseries, les vitres, la vaisselle, les plans de travail, la faïence, il ne se passe pas cinq minutes sans qu'un stimulus obsessionnel vienne nous agresser la conscience
-Oui monsieur Bibi vous avez raison et où voulez-vous en venir exactement ?
-Docteur, à l'espace publique
-Oui monsieur Bibi mais encore
-il nous appartient à toutes et à tous et pourtant sur les trottoirs, les bas-côtés, les fossés, et même dans les champs portés par les vents, il y a des morceaux de papiers, des bouts de plastiques, des sacs et emballages, que sais-je encore, des canettes écrasées, des bris de verre, disséminés de toute part sans pour autant qu'ils soient pris en considération
-Comment ça monsieur Bibi
-C'est le vrai foutoir Docteur !
-il y a un problème de respect à l'origine ne pensez-vous pas monsieur Bibi et il est souvent imputable à une minorité
-Bien sûr Docteur, je suis d'accord d'avec vous, mais est-ce une raison suffisante pour que la majorité passe le plus souvent outre l'ordre à rétablir. J'en parlais d'avec un ami il n'y a pas si longtemps et il me disait qu'il ne fallait surtout rien changer aux déroulements des choses. Une partie était là pour jeter tout n'importe où afin de donner du travail à d'autres ; et ramasser pour déposer soi-même dans la première poubelle venue sur le trottoir c'était voler le boulot de quelqu'un.
-Vous le croyez vraiment ?
-Je ne sais pas bien en fait Docteur seulement je perçois un problème
-Ah oui et lequel monsieur Bibi
-Les poubelles ne manquent guère et comme je vois souvent des détritus au sol de toute nature je me pose la question, est-ce par maque de travailleur adéquat ou bien alors est-ce parce que la minorité qui jette le fait en surabondance ?
-Je n'ai malheureusement pas de réponse à vous apporter monsieur Bibi
-Docteur vous savez bien, depuis le temps que nous nous connaissons, j'essaye de me contrôler pour rester dans la norme mais parfois ça me prend mieux qu'un raptus anxieux, par moment je n'arrive pas à me faire à l'idée de passer à côté d'un emballage qui gît au sol sans le prendre en main pour le balancer dans une poubelle. La simple idée de passer comme si de rien n'était en l'ignorant, voire en marchant dessus m'est tout simplement insupportable. Cependant j'arrive le plus souvent à me raisonner en y faisant fi comme le veut la bonne normalité du mouvement des choses. Ceci dit je me demandais Docteur dans quelle mesure je ne souffrirais pas d'un trouble prit en compte par le DSM V ?
-Pas à ma connaissance monsieur Bibi
-Est-ce à dire Docteur qu'il n'existerait donc pas encore à ce jour de traitement pour soigner cette obsession de l'espace publique propre et net ?
-Je le crains monsieur Bibi
-Merci Docteur, vivement les progrès de la médecine pour que je me sente mieux !
-Au-revoir monsieur Bibi

Thèmes

Image de Très très courts
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,