1
min

29 octobre 2017

Image de CoMen

CoMen

1 lecture

0

Être à la merci de mon propre esprit.
Est-ce que je vais me traîner cette gueule toute ma vie?
Sans façon, merci.
Ces putains de joues de bébé qui ne veulent pas se creuser me rendent de plus en plus dingue.
Je les regarde dans le miroir et me demande si je vais me traîner cette gueule toute ma vie.
Dix ans que j'attends que ça change. On me dit qu'un jour on prend son visage d'adulte mais ce jour n'est pas venu. Ce jour ne vient pas.
Rien ne change et je me vois encore enfant à faire des caprices, à vivre un supplice. Tant que ce visage sera là je ne serai pas moi, je ne serai pas ce que j'aspire à être.
Alors je pense à la chirurgie et rit de cette connerie, de cette idée à la con. J'aimerai qu'on voit d'autres contours quand on me regarde.
Ne pas être si molle du visage, si passive du sourire.
Et ça forme des plis.
Ça annonce la vieillesse marquée et ça me fait flipper.
Tout est maigre sauf les joues, c'est pas Dieu possible d'être comme ça.
Si gonflée.
Comme si les traces d'alcool du paternel étaient sur moi. J'entends encore quelqu'un dire « les visages atypiques des enfants d'alcooliques ». Mais ferme ta gueule.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,