2009 : à la conquête de l’Isère

il y a
3 min
128
lectures
98
Image de 2020

Thème

Image de Très très court
J’ai toujours voyagé. J’ai ça dans le sang, il faut croire. Ma famille est originaire de l’Asie du Sud-Est, terra incognita qui m’évoque des images de jonques, de rizières, de dragons de papier serpentant au milieu d’une foule humide.

Le foyer que j’ai connu n’a pas cette charge poétique : il se résume aux cales d’immenses navires fendant les flots pour alimenter le commerce international. C’est la beauté de la mondialisation, les hommes ne s’y sont pas trompés. Grâce à elle, j’ai parcouru les splendeurs de la Méditerranée. Planquée au milieu de piles de pneus, je débarque enfin à Nice. Je comprends vite que je ne suis pas la bienvenue. La chaleur écrasante du mois de juillet attise les tensions. Il y a, dans l’œil des autochtones, un agacement palpable, un froncement de sourcils qui ne trompe guère. Amère piqûre de rappel. Je ne comprends pas cette haine. J’aime absolument tout le monde, sans distinction de couleur ou d’origine. Au détour d’une rue, j’entends alors parler d’une terre promise : Grenoble. Nichée au cœur des Alpes, cette ville s’annonce comme le symbole de la civilisation mariée à la nature. Elle regorge d’habitants épris de montagne: grimpe, ski, randonnée ! Trail, parapente, VTT ! J’imagine des peaux luisantes sous lesquelles roulent des muscles sculptés par l’effort. Cette pensée me donne des ailes. L’exploration et la conquête coulent de la même façon dans mes veines. J’entreprends ce que j’espère être mon dernier voyage, vers cette capitale de l’écologie et du progressisme. Un endroit où, enfin, je me sentirai acceptée.

Parvenue au col de la Croix Haute, j’embrasse le Trièves qui s’étend sous mes yeux. L’air me fait frissonner. Je me dépêche de traverser cette contrée belle mais trop froide, trop sauvage... Je préfère me perdre au milieu de l’essaim moite des hommes. La vue du Mont Aiguille manque me renverser. Quel prodige ! Le parallélépipède massif change de forme au fur et à mesure de ma progression jusqu’à se muer en une pointe gracile cherchant à épingler le ciel ! Miracle de la nature.

Col du Fau, Monestier de Clermont. Je poursuis ma route, déterminée. Je contemple enfin ma destination, tout au fond de la vallée : Grenoble. Derrière elle, les pointes de la Chartreuse déchirent les nuages. La ville est recouverte d’un brouillard jaune qui semble vibrer sous la chaleur. Mais peut-être est-ce l’effet de la fatigue... L’envie de muser dans les artères de la ville me démange. Je redouble d’efforts. À mesure que je descends, la température augmente, degré par degré. Quel plaisir !
Le soleil commence à décliner quand j’arrive sur la rocade. La circulation y est dense. Les véhicules, coagulés, peinent à avancer. La sortie des Eaux claires ne m’inspire guère, j’opte pour la voie classique : Grenoble Centre. Le cœur battant de la ville.

La touffeur me saisit. On avoisine les quarante degrés. Le béton et l’asphalte irradient de chaleur, prenant la relève des rayons qui les ont frappés toute la journée. Je remonte le cours Vallier, excitée par le tumulte d’une population qui, maintenant que le crépuscule arrive, sort de ses pénates afin de reconquérir le pavé.
Sur ma droite, une grande fresque de street art orne la façade d’un immeuble. Le visage d’une femme s’y épanouit, couronné de roses dont l’écarlate se fait l’écho des lèvres sanglantes. À la base, le mot « PEACE ». Je suis subjuguée.

Une réflexion attrapée au vol me pique : « Quel enfer cette cuvette ! » peste un vieillard aux tempes ruisselant de sueur. Le manque de lyrisme de certaines personnes m’afflige. Pourquoi pas un cloaque, tant qu’on y est ? Le lieu bourdonne de vie ! Et, où que l’on regarde, s’offrent à la vue les contreforts de montagnes qui protègent la ville ! La Grande Lance de Domène, telle un dard perçant la nuée, le Pic Saint-Michel, les Aiguilles de l’Argentière... Faut-il être hermétique pour ne pas se laisser contaminer par la poésie enchanteresse de ces noms!

À l’ouest, le spectacle crépusculaire est magnifique, comme si les sommets, Moucherotte en tête, avaient déchiré le ciel, laissant perler un sang rouge-orangé qui colore la ville d’une chaude lumière. Me voici arrivée sur la place Victor Hugo. Au milieu de la fontaine centrale, des enfants pataugent dans l’eau stagnante et s’éclaboussent. Le paradis ! Que j’aime les hommes ! Je me sens pousser des ailes. Mon instinct s’éveille. On ne se refait pas ! Je me mets à chanter, prise d’une joie irrépressible, et m’approche en tourbillonnant des bambins aux corps dévêtus.

«  Attention ! Un moustique ! Un moustique-tigre ! » s’écrie soudain leur mère, arrivant à toutes jambes. CLAQUE ! CLAQUE ! Les mioches tentent de me tuer à coups de gifles ! La femme dégaine alors une bombe insecticide et cherche à me pulvériser ! Tu parles d’écologistes ! Ils ont bien failli m’avoir ! Tous les mêmes ces humains ! Dès qu’on les pique, ils en font une maladie ! C’est dengue ! « Ils sont partout ! Ils vont envahir la planète ! » gémit un marmot. Ahurissant ! Ils ne se sont pas regardés dans le miroir ! En termes d’espèce invasive, ils nous battent à plate couture ! Je m’éloigne un peu, folle de rage. La région est bien trop belle, j’y suis, j’y reste ! Et si vous n’êtes pas contents, vous pouvez aller vous gratter !
98
98

Un petit mot pour l'auteur ? 41 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Ah oui il fallait bien que ce fût une fille...elles seules s’en prennent à nous ! Oups, vous m’avez bien cueillie, tenez ...et piquée, mais de curiosité !
Mais... 2009, déjà, vous êtes sûre de la date ? Ça fait longtemps, alors...
Bravo et mes voix (celle de la narratrice est discrète, pour nous surprendre)

Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Je ne me souviens plus de la source, mais il me semble bien que c'était 2009! Merci de votre lecture!
Image de Fred Panassac
Fred Panassac · il y a
Je pensais que leur arrivée était plus récente. Chez moi ils sont là et bien là, depuis deux ans.
Image de Mathilde Bussy
Mathilde Bussy · il y a
Répondre à "quel insecte choisiriez-vous du coup" ... pour - personnifier une rizière en Asie !... Une libellule ? Bonne nuit
Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Ça c'est une colle!
Image de Youri Billet
Youri Billet · il y a
Belle chute, belle personnification du réfugié...
Votre avis sur https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/rencontre-a-uriage
Il comptera...
Youri

Image de Guil GDéon
Guil GDéon · il y a
Bien vu,
on se laisse mener jusqu'au bout. Mes voix

Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Merci!
Image de François Paul
François Paul · il y a
Un vote pour la révolte, bien menée Et, que de mystères... Éléonore Sibourg.
Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Pas de chute sans mystères! Merci!
Image de François Paul
François Paul · il y a
C'est bien vrai, j'ai un TTC en lice dans un autre genre. Reviens. Si vous avez le temps. A+.
Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Lu! L'idée est originale!
Image de François Paul
François Paul · il y a
Merci Eléonore, mes origines Asiatiques m'ont influencees pour votre texte.
Image de M. Iraje
M. Iraje · il y a
Une attaque de haut vol, et en piqué ... !
Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Héhé, merci!
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
J'adore !
A la fois drôle et léger, mais aussi montrant bien les paysage magnifiques, ce texte est une vraie merveille !
Bravo !
Mes 4 voix !!!
Je ne m'attendais pas du tout à cette chute, mais les indices intriguent beaucoup !
Bonne chance pour le concours !

Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Merci beaucoup!
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
De rien, encore bravo !
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Si vous voulez lire une autre histoire d'insecte en voyage, allez lire le mien : https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/deux-antennes-dans-les-etoiles
Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
Lu, et approuvé!
Image de Mandoline Thonnart
Mandoline Thonnart · il y a
Merci beaucoup !
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une façon originale et humoristique d'évoquer son amour pour l'Isère ! Une invitation à venir vous dépayser dans mon “Dépaysement au Royaume des Animaux” qui est également en compétition pour le Prix Short Paysages –Isère 2020. Merci d’avance et bonne journée! https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/depaysement-au-royaume-des-animaux
Image de Chantal Sourire
Chantal Sourire · il y a
Amusant mais pas que...!
Image de Éléonore Sibourg
Éléonore Sibourg · il y a
N'est-ce pas! Merci!
Image de Houda Belabd
Houda Belabd · il y a
Merci pour cette visite guidée! Toutes mes voix....
Je vous invite à lire mon poème sur les loups de l'Isère, ici:
https://short-edition.com/fr/oeuvre/poetik/les-misereux-loups-de-lisere
Merci!