1
min

Zigzag

2 lectures

1

Sombre est le délire dans l'quel
baigne mon chagrin
sombré noyé
j'té d'puis la falaise
vague à l'âme sans genèse
récital funeste d' rêves partis en fumée
l'air consume ce présent glauque
quand à la ceinture certains usagers
dégainent des glocks
multi-douilles de l'euro aspiré
certains font croire qu'ici pleut la monnaie
ce sont les disciples d'un monde peu plaisant
agresseurs écerveleurs éventreurs

recyclées dans le cervelas

Patricia
Olivia
Rachida
Carole

disparues
bouillies

bibi-blique duplique son quota
sa monarchie son duplicatat
sa conscience se monnaye
et comme chez mémé dans la cuisine
y a rien a jeter et j'continue d'ajouter
une ptite pincée de sel a ce bal voyelles
pêle mêle j'viens déterrer Lucifer de cet
alphabet masqué venant d'un latin grec
passionés sioneurs empire
crier
écrire
rien ne sert de proscrire un air
de qualité supérieur
vu que les abonnés Pasteur
ont soi disant le remède à ton coeur
t'as cru faire tourner l'heure
mais la terre n' s'est pas enfiler
de tes fines aiguilles décousues
par le clergé
pas Rintintin encore moins un RG
pourtant pucé

zigzague parmi les mal lunés
qu'ils n'attendent pas la nuit
pour omettre la réalité qu'est l'ennui

l'opus des idéaux

telle une salamandre
on infiltre leur fissure
via les eaux
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,