1
min

Z (une danse)

0 lecture

0

Sous mes paupières, mes larmes grondent.
La musique accélère.
De mes yeux descendent des rivières.
Rouge est ma robe qui vole au vent.
Cette guitare m'ensorcelle.
Autant que la lame de cette épée.
Cette lueur de défi dans tes yeux,
M'agace au plus haut point.
Dans les miens, tu ne vois que de l'espoir.
Mais l'espoir de quoi, au juste?
Que tu me prennes dans tes bras?
Je préfèrerais que tu tombes à mes pieds.
C'est te vaincre à ce jeu stupide qui me plairait.
Te voler ton chapeau et ton nom.
Et signer d'un Z à la pointe de ton épée.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

TRÈS TRÈS COURTS

Le soleil s'engouffre dans la pièce quand la gouvernante ouvre les lourds rideaux. «-Allez, p'tit prince, faut se lever. » Camille s'étire et sourit. Ce n'est pas comme ça ...