1
min

Vois, c'est ma main posée...

Image de Renaud

Renaud

1321 lectures

132

LAURÉAT
Sélection Jury

Recommandé
Vois, sur mon tablier, à présent si noueuse,
Ma main abandonnée dans le gros tissu noir ;
Ce n’est plus cette main, ardente, un peu nerveuse,
Que tu pressais trop fort, impatient certains soirs.

Dans mon corps desséché, tu sais, la vie vacille,
Je suis un val profond, et rien ne m’atteint plus,
Sauf ton regard encor qui chasse, tant il brille,
Ce froid qui tous les jours m’envahit un peu plus.

Te souviens-tu ? Avant, je savais reconnaître
Ce pas, ton pas au loin sonnant dans le chemin ;
Pleine d’espoir alors, j’ouvrais grand la fenêtre,
Et toi, tu m’envoyais ton salut de la main.

Puis la porte volait, m’inondant de soleil,
De clarté, de bonheur… et je riais de voir
L’astre joueur mêlant à ses rayons de miel
Dans tes cheveux épars, une sorte de gloire.

Puis mes mains s’envolaient, caressant ton visage,
Ton front large, tes joues, tes sourcils ou tes yeux…
Ils n’ont jamais cligné quand mes doigts, au passage,
Effleuraient leurs cils longs recourbés vers les cieux.

Vois, à présent posée dans ta main chaleureuse,
Ma main semblant dormir, abandonnée enfin ;
Vois, l’étrange dessin que forment, sinueuses,
Leurs lignes. Elles se rejoignent, vers la fin…

PRIX

Image de Printemps 2015
132

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Brocéliande
Brocéliande · il y a
C'est magnifique ! ... rien d'autre à dire ...
·
Image de AKM
AKM · il y a
Très belle performance ! Bravo !
Je vous invite à lire ma nouvelle LES MOTS DU CŒUR et à apporter vos critiques :
« ...- Il m’a embrassé par surprise, je me suis laissée faire comme pour voir jusqu’où il voulait aller, il m’a déshabillé mais avant que le pire ne se produise je me suis sauvée.
Au fur et à mesure qu’elle me décrivait la scène, une peur grandissait en moi, la peur de l’entendre sortir les mots : « J’ai couché avec un autre homme », et à la fin elle laissa bientôt place à des suspicions... »
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/les-mots-du-coeur-1

·
Image de Firmin Kouadio
Firmin Kouadio · il y a
Très beau texte !
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Je n'en compte que 10 au dernier vers. Ai -je la berlue ?
·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Allons, allons, du tout ! Il y a bien 12 pieds ;
Voilà :
Leurs - li - gnes (3) El - les - se (3) re - joi - gnent (3) vers - la - fin (3) = 12

Le E de Elles n'est pas escamoté parce que lignes se termine par un S.

Voilavoila...

·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Je comprends votre argumentation concernant le S qui évite d'escamoter le E . je pensais que sa présence n'empêchait pas l'escamotage du E. Encore merci pour toutes vos explications.
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
C'est déconcertant cette façon de ne pas respecter le même nombre de pieds à la dernière strophe ! Votre texte est très beau au demeurant.
·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Hein ?
Mais ils sont tous de 12 pieds, à la dernière strophe.
Merci, pour le commentaire... :-)

·
Image de Le Vrai Monde NC
Le Vrai Monde NC · il y a
Je vous lis, j'apprécie et j'essaie de prendre des notes sur votre rythme. J'ai toujours le réflexe de mettre une césure à l'hémistiche, ce qui donne du rythme mais qui rend mes textes trop monotones. Est-ce que vous travaillez différents découpages au sein du vers pour tester différents rendus ?
·
Image de Renaud
Renaud · il y a
Oui, pour donner de la nervosité, il faut jouer d'artifices, casser les rythmes, déplacer l'hémistiche.
Voici, ci-dessous, une strophe d'un poème qui montre la chose :
Femme entendez ! Des oies inquiètes,
Entendez-vous, confus et lourd,
Ce tumulte alarmé des bêtes
Sifflant de terreur dans la cour ?
Ces sons, dans l’aube métallique,
Ces hennissements et ces heurts,
Annoncent, sinistre musique,
Quelque troupe et quelque malheur !

Le texte est fait de vers courts, hachés, pour communiquer la panique qui monte. C'est un poème que j'ai écrit, et qui est basé sur l'effroi de ce qui va arriver ; de fait, on peut utiliser les répétitions, bouger les césures, utiliser dans un même poème des vers de 12 pieds, de 10 pieds, de 4 pieds, tout dépend de ce que l'on veut communiquer. J'ai en compétition un texte (La dance des grands blés) dont le rythme des alexandrins, à la longue trop gnan-gnan, est cassé pour accrocher l'attention du lecteur, ou aussi pour souligner quelque chose ; par exemple, toujours dans cette dance des grands blés, vous avez une strophe qui finit ainsi :

La Maîtresse est montée au pas lent de la mule,
Montée par les sentiers dans l’air âpre qui brûle,
Montée pour lui, son vieux monsieur ;

Vous avez là trois répétitions : monter, monter, monter. Cela sert au lecteur à imaginer l'effort que cette femme âgée fournit, et on devrait, en lisant, presque entendre sa respiration rendue laborieuse par l'effort. Le dernier vers, plus court, expose le but de son effort, comme si elle le jetait, là, à bout de souffle, et qu'elle soit dans l'incapacité de le dire en 12 pieds, et que sa peine ne lui en octroie que 8.

Ci-dessous, 3 vers tirés d'un poème de V. Hugo ; regardez où il a placé la virgule, dans les deux premiers ? Il met un mot, et puis tout de suite une virgule ; ce mot est, de ce fait, isolé ; c'est pour mettre en surbrillance l'objet du vers. Ca tape !
Frileuse, elle se...
Le vers a froid !

Rit, et fait cercle...
Le vers rit !

Et le troisième, il n'est interrompu par rien ; à mon avis, pour rendre une image de cercle, de rond qui est entier et divisé par rien. Donc, pas de virgule...

Frileuse, elle se chauffe au soleil éternel,
Rit, et fait cercle avec les planètes du ciel
Comme des sœurs autour de l'âtre.

·
Image de Le Vrai Monde NC
Le Vrai Monde NC · il y a
Merci, j'apprécie vraiment apprendre ce genre de choses ! Je vais essayer de travailler mes vers en ce sens, en étant moins répétitif. Merci d'avoir pris le temps pour m'expliquer ça ! :)
·
Image de Bruno Adjignon
Bruno Adjignon · il y a
Votre style fait valoir la beauté des mots simples (sourire).
·
Image de Lyriciste Nwar
Image de Dimaria Gbénou
Image de Fara poète
Fara poète · il y a
https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/le-fou-et-son-baton-magique

je sollicite vos votes. vous pouvez appuyer sur le lien pour lire mon histoire

perso : ton texte est fascinant

·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème