Viol

il y a
1 min
131
lectures
15
Tu as tout enduré cette maudite nuit
L'injure au corps au cœur la démence du monde
Tu as crié la vie et rengainé ta fronde
Pour que la mort se calme en l'absence de bruit

Tu n'as pas opposé à ce lâche inconnu
Qui mit la main sur toi comme un morceau de chair
Une révolution qui t'aurait coûté cher
Depuis ton corps est las et ton cœur est tout nu

Car comment oublier le souvenir taraude
Tu ne vivotes plus que de l'amour en fraude
Des moitiés de sourire où la désespérance

Altère ta beauté dont tu riais parfois
Se glisse dans ton lit quand tu ne l'attends pas
Fait qu'au moindre bonheur le Malin te relance
15

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,