1
min

VII. Cadavre Indécis Mais Sidéral. RETOUR A L ANORMAL

Image de Morne

Morne

1 lecture

0

La folle feulait, tandis que nos corps, s'aidant à sombrer, ensemble, dans l'oubli de la nuit,
laissaient en arrière goût, une impression de déjà vu, comme un refrain qu'on ne peut plus que murmurer.

La bouche en pleures, les dents parties en poussières, sous les coups dans le miroir du visage,
myriades de traces qui restent indélébiles sur la mémoire.

Mélodies tragiques qui t'accompagnent dans la folie.

Tu ne sais où aller, mais ton corps lui connaît par cœur le chemin.
Il va calmer la souffrance, trouver la paix, lover dans la terre.
En retraite, profondément blottit dans le silence, tu attends de renaître.

On se déprimera dans la joie,
avec des échos lointains de rire.

On écrira de maussades complaintes fraternelles,
la misère est le lit où se tourmentent nos vies.

L'age ne nous rend pas plus sages,
on résiste comme on peut à l'obsolescence programmée,
c'est à dire incandescent, jusqu'au firmament,
phénix aux ailes de feu,
éternel débutant devant l'éternité.
Une journée chérit comme une vie.
Les croûtes sont des écailles que ne connaissent pas les mutants,
nous n'avons rien à garder,
de plus précieux que la folie,
le vrai défit c'est la survie.

On reprendra encore des fragments de rêves,
hors des hébétudes de nos illustres aïeux.

On culbutera les impossibles, le nez blindé de poudre insecticide,
métissage incertain, d'antagonismes forcenés.

A faire des contorsions mélodramatiques, pour faire remonter à la surface, les cadavres.

On se réchauffera en brûlant les corps meurtris,
de l'holocauste des cœurs brisés.

Alors c'est l'heure du grand déballage, derrière le mur de la séparation,
la joie de n'être que soit, chaque jour de cette vie,
qui continue comme une galaxie en expansion.

On fera palpiter la langue morte dans nos palais,
avec des électrodes allégories,
pour que toi ! tu t'imagines !
roi ! poète ! ressuscité ! créateur du verbe !
Alors que tu n'es qu'un interprète,
utilisé, usé, jusqu'à la corde.
Alors que je ne suis qu'un interprète,
et que nous sommes tous, tous, un peu perdus
dans nos mémoires.

Marqué au fer rouge dans le cœur, par la connaissance du bonheur,
de « je dois » à « je vais », je mettrais ma main à couper, que cela peut tout changer,
un rêve commence quand il est partagé.

Libre échange de turpitude sentimentale.

Apprentis sorcier repentit cherche terre vierge pour expier à jamais sa souffrance.

https://archive.org/details/LA_SIXIEME_REPUBLIQUE_RETOUR_A_L_ANORMAL
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème