Vieillesse

il y a
1 min
33
lectures
11
Dans ce vaste étang
Où les temps s'étendent
Aux crochets d'hameçons,
Le sourire de gros poissons,
Les petits, sous la tente d'une guigne,
Je m'aperçois bien plus tard que je n'en suis pas digne.

Je regarde le regard des regards braqués
A mes illustres vanités.
Où mon orgueil défi mon égo.
Difficile d'échapper aux réseaux.
Même si rien ne me vaut,
Les pirates du temps m'ont déjà mis au cachot.

L'harmattan a soufflé
Sur mon cœur essoufflé.
Mes yeux jaunis au reflet de maïs
Charme le tourment passager qui le tisse.
L'érosion est passée par là.
Mes jambes s'affaissent aux petits pas.
La neige a conquis mes cheveux
Au décompte bienheureux,
Intendant du roi dans sa tour.
Pour ne dire, j'ai été rassasié de jours !

Pourtant, il y a juste un instant
Maintenant sûrement,
Probablement, brusquement,
Je m'en irai, parcourir la voie lactée
Sans leur avoir dit''désolé''.
11

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !