Vide

il y a
1 min
21
lectures
2

Ne pas perdre son temps avec l'horreur car nous sommes vivants  [+]

Les rochers sont trop lourds
Les vagues sont trop blanches
J'ai perdu cent amours
Dans un écrin étanche.

J'ai survolé les franges
De têtes étoilées
J'ai écorché la rance
Quand je m'y suis noyé

La montagne est si grande
Et l'eau est si salée
Que les poissons en bandes
Se sont tous envolés

J'ai couru mille terres
À en être dessoiffé
J'ai soufflé une poussière
Je me suis étouffé

La pluie est si banale
Le bonheur si fuyant
Que les ombres s'étalent
Quand le vent les surprend

Je n'irai pas au port
Pour saigner mon destin
J'emporterai mes torts
Dans l'air du refrain

L'herbe est trop verte
La lune est bien trop loin
Pour que les mots désertent
Et deviennent orphelins.
2
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,