367 lectures

167 voix

En compétition

Au détour d'un beau val, paraît cette orgueilleuse
Source, offrant son refuge au paresseux lézard,
Alerte baladin qui s'esquive au hasard
Des rayons bienveillants d'une aube merveilleuse.

S'avancera le jour, la falaise azurée
Révélera soudain, le vol d'un papillon.
L'aile moqueuse mime un crédule oisillon
Venu là sot, traquer sa pitance allurée.

Puis se montre le soir, les lueurs hivernales
Achèvent de briller, cueillant les derniers fards
De l'éther souverain ; las, les rochers blafards
Éteignent lentement leurs flammes saturnales.

C'est la nuit d'or ! La cabre erre sur les murailles
Pour garder de sa grotte un saisissant secret :
La dure sécheresse émargea le décret
Qui ne peut de ce puits, condamner les entrailles.

Amer, revient l'été ; l'immense astre s'habille
D'une robe aveuglante, enfouissant ses atours
Dans le roc ; sa clarté scinde les alentours
Délivrant de l'enfer, quelque ardente escarbille.

Vengeur, le soleil fou trace la destinée
Des braises de juillet ; l’éden phosphorescent
Éprouve la douleur d'un saule incandescent,
Parsemant de cendres, la terre calcinée.

Tard, l'orage ravit l'immense cathédrale.
Transportant dans sa nef le sel des vents marins,
Il courbe les branches de vaillants romarins
Entêtant de parfums la ravine ancestrale.

Un nuage consacre une onde étourdissante
Qui bénit la cité d'un ruisseau gracieux.
Sincère, on s'y partage un mot dévotieux
Sur ce monstre assoupi sous la grève angoissante.

Sont-ce ces légendes qui font qu'on la vénère ?
On dit que le figuier ne boit qu'une fois l'an
Et que le laid Coulobre aura fui Saint-Véran ;
Ainsi sept diamants scellent son vrai mystère.

Et dès lors, l'âme écoute une nymphe enjôleuse ;
Protégeant sa prairie aux cistes verdoyants
Elle élève une gemme aux reflets flamboyants,
Pour qu'un jet puissant gonfle une vasque onduleuse.

Si sa main tient l'aiguière en sébile impassible,
Sa gorge se languit le printemps bienfaiteur
Ou les sourds caprices de l'automne enchanteur,
Pour que sa voix jaillisse en rivière invincible.

Elle scande un sonnet racontant l'occurrence
Du poète envoûté par les traits doucereux
D'une femme au visage aimable et chaleureux,
Pour laquelle il taira, courtois, sa préférence.

Dans son jardin, le libre esprit se remémore
Ce feu platonique et ce passé glorieux ;
Il se rit durement d'un pape ordurieux
Et livre son tourment sous un grand sycomore.

Mais tout finit ! Se ferme une page funeste
Où la perte s'exprime en vers miraculeux,
L'auteur peint sa ferveur près ces flots fabuleux
Laissant ses mots flotter vers sa muse céleste.

Car ci-gît la magie en la place farouche,
Elle attise ardemment le cœur bouleversé
Murmurant ce prénom, Laure, en tendre tercet
Que Pétrarque aura lu poliment de sa bouche.

Alors quittant son pré, la fontaine immortelle
Guidera de ses eaux les pas des amoureux
Qui viennent requérir du torrent vigoureux,
Le plaisir de revivre une ivresse éternelle.

PRIX

Image de Hiver 2020

En compétition

167 VOIX

CLASSEMENT Poèmes

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Yannick Pagnoux
Yannick Pagnoux  Commentaire de l'auteur · il y a
Pour les personnes qui ne connaissent pas la Provence, Vallis Clausa ou vallon clos, est le nom du petit village de Fontaine de Vaucluse qui a d'ailleurs laissé son nom au département 84. Situé à coté d'Avignon, c'est un endroit magique où Pétrarque aura écrit ses plus beaux vers sur Laure de Sade, sa muse et amour secret. Il existe de très nombreuses légendes autour de ce lieu, le figuier conté par Mistral, Basile et la nymphe protégeant sept diamants, le Coulobre, un très vilain lézard, mais je l'avoue pas celle de la cabre d'or ou chèvre d'or que l'on relie aux Baux de Provence mais dont j'ai pris la liberté de l'adapter pour mon œuvre. La légende dit que le soir de Noël apparaît une chèvre qui veille un trésor légendaire caché dans une grotte mais quiconque chercherait ce trésor en suivant la Cabre sous terre ne reviendrait jamais. Sauf qu'en Provence, le vrai trésor c'est l'eau. Merci de vos lectures.
·
Image de Lyne Fontana
Lyne Fontana · il y a
Merci pour ces précisions.
·
Image de Ismérie Gladys
Ismérie Gladys · il y a
Je connais bien Fontaine de Vaucluse, très connu pour son gouffre d'où jaillit la Sorgue, viennent aussi se recueillir les eaux pluviales du Plateau du Lubéron, fontes des neiges du Mont Ventoux, les eaux de la Sorgues un endroit magnifique...
·
Image de Souleil
Souleil · il y a
merci une culture magnifique
·
Image de Mohamed Laïd Athmani
Mohamed Laïd Athmani · il y a
J'ai aimé.
La poésie c'est toujours jolie!
Je me suis abonné.
Je n'oublie pas mes points.
Je viens de découvrir.
Je suis au :
https://short-edition.com/fr/oeuvre/tres-tres-court/digoinaises-corps-et-ame

·
Image de Marie Lacroix-Pesce
Marie Lacroix-Pesce · il y a
J'ai bien connu cette fontaine, il y a longtemps... Merci de m'avoir "rajeunie" en alexandrins.
·
Image de Donald Ghautier
Donald Ghautier · il y a
Encore toi ici ? En alexandrins ? Eh bien, je ne peux que voter pour ce poème réussi.
·
Image de Keith Simmonds
Keith Simmonds · il y a
Une belle plume pour cette poésie dépaysante ! Mon soutien ! Une invitation à venir découvrir “Spasmes de lumière” qui est aussi en lice pour le Grand Prix Hiver 2020. Merci d’avance, et bonne soirée ! https://short- edition.com/fr/oeuvre/poetik/spasmes-de-lumiere
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Vos explications sont les bienvenues pour apprécier ce poème aux mots finement ciselés, mais à la signification un peu obscure à la première lecture.
·
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Bravo pour cette jolie description de Fontaine de Vaucluse. Village charmant niché dans dans un superbe écrin. marci pour vos beaux vers et très bonne chanve à eux.
·
Image de Ginette Vijaya
Ginette Vijaya · il y a
Un vocabulaire poétique très riche et un travail d'orfèvre dans la créativité métrique .
Une belle description assortie de l'évocation de légendes que j'ai pris plaisir à connaître.

·
Image de Paul Brandor
Paul Brandor · il y a
Merci pour la précision Yannick et toutes mes voix pour ce vallon clos qui a véritablement quelque chose de magique.
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Une évasion bien agréable en cette saison.
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème