Ma bouche hurle horreur
mes yeux creux de Potiron
fixent l’éventreur