Vague souvenir

il y a
1 min
37
lectures
3

DU VIDE DE LA NUIT DE L'OBSCUR NAÎT L’ÉCLAT ILLUMINESCENT  [+]

Tu vois, là-bas ?
Je suis cette vague naissante
Qui s’invite en surface
À l’approche du rivage
Je viens du fond des âges

Je suis onde et j’avance
Je frémis d’impatience
Je m’étends
Je m’étire
Je veux être
Je veux vivre
Je prends l’air
Je respire
Et je sens la lumière
Généreuse
Infinie
Et j’avance étincelante
Sans bruit

Vague parmi les vagues
Je côtoie mes semblables
Je navigue auprès d’elles
Comme elles je suis
L’espace d’un instant
Comme elles je suis
L’infime remous d’un tout plus grand
Insondable
Et j’avance
Je ne sais faire qu’avancer

Puis encore
Je m’étends
Plus encore
Je m’étire
Je m’emplis
Je grandis
M’amplifie
Au possible
Je me gorge
Je me gave
Encore et davantage
Jusqu'au
Déséquilibre
Ça y est je suis
Me voici
Je me dresse
Je me presse
Je me jette rugissante
Et j’embrasse la terre
Me fracasse à ses pieds
Tonitruante
Me disperse aussitôt
En écume frémissante
À reculons
Et déjà

Déjà je ne suis plus que le souvenir
De la vague que j’étais
Le vague souvenir
D’une vague l’été
3

Un petit mot pour l'auteur ? 4 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Jennifer Marquié
Jennifer Marquié · il y a
De même qu’Odile, le rythme de ce poème m’a séduite. J’imaginais quelqu’un le slamer.
Image de Odile ANIZET-DERUSSY
Odile ANIZET-DERUSSY · il y a
Magnifique! Quel rythme! Il épouse parfaitement le ressac langoureux d'une douce vague
Image de Darius Eff
Darius Eff · il y a
Merci Odile d'avoir été sensible à cette musique.
Image de Odile ANIZET-DERUSSY
Odile ANIZET-DERUSSY · il y a
Avez-vous lu " un peu de rose aux joues" dans Prose en Rose?

Vous aimerez aussi !