Une vie sans histoires

il y a
1 min
10
lectures
2
On frip' son imper
Dans un train d'banlieue,
En fac' d'un' rombière
Ou d'un boutonneux.
On fait ses huit heures
Derrière un bureau.
Viv'ment dix-sept heures.
On a mal au dos.
C'est la vie, coco.

Un' vie sans histoires.
Une histoir' sans bruit.
Des p'tits cafés noirs
Au bar chez Luigi.
Télé tous les soirs,
Jogging le sam'di.
Les cheveux qui s'barrent,
Le goss' qui grandit.
Le temps qui s'enfuit...

La paye en fin d'mois.
On joint les deux bouts.
D'accord, on s'plaint pas,
Mais c'est pas l'Pérou.
On a quelques dettes
Et puis des frayeurs
Quand pass' la charrette :
On voit tant d'malheurs.

Un' vie sans histoires,
Une histoir' sans bruit.
Les dimanch's peinards,
On est bien au lit.
L'amour pantouflard,
"Chéri, tu grossis."
Un' pil' de polars
Pour tromper l'ennui.
Le blues du lundi...

D'hiver en automne,
C'est le mêm' refrain :
Journées monotones,
Traintrain quotidien.
Boulot et congés,
Carr'four et Mc Do.
Transhumanc' d'été,
Bronzett', sable chaud.
Toujours dans l'troupeau...

Un' vie sans histoires,
Une histoir' sans bruit.
Un vieux rêv' de gloire
Couleur nostalgie.
Un gros coup d'cafard
Aux quarant' bougies.
Un nouveau costard
Qui nous rajeunit,
Et c'est reparti
Pour un' décennie
De p'tits cafés noirs
Au bar chez Luigi...
2

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !