Une soirée

il y a
1 min
304
lectures
17
J'écoute les épouses amuser leurs maris,
Et j'entends les parfums des adultères sourdes
Sourire en passant aux amants qui la nuit
Passent l'œil baladeur le long des groupes immondes

Les rôles répartis, les cavaliers s'élancent
Sautillent, font la roue, pour enfourcher ces dames
Mais retombent crottés, combat perdu d'avance
Pour rentrer au bercail, se laver leurs mains sales

L'homme est ce cavalier qui tombe et se fait mal
Et qui jamais n'apprend, et qui jamais n'avance
Qui malgré les années demeure un enfant

L'amour est un pari que l'on passe en silence
Un soir sans y penser, dans un moment d'absence
La corde autour du cou, au bord de la Tamise

17

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !