97 lectures

12

J'avais un très beau chat, pelage blanc tigré,
À dormir, à chasser, tout le jour occupé...
Sa chatte était petite, aux couleurs noire et blanche.
Elle la recueillit un beau jour, un dimanche,
Perdue sur le trottoir, cherchant où se nicher.
Ses doux yeux suppliaient de se faire adopter.
Ces deux – là étaient faits, à l'aune de leurs maîtres
Tout au long des saisons, au contraire des traîtres,
Pour vivre de concert, ensemble miaulant
Quand un danger certain se faisait plus pressant.

Chaque couple pensait à sa progéniture.
Pour l'un vint un enfant, merci Dame Nature,
Pour l'autre une portée... à n'en pouvoir finir ;
On s'en débarrassa, ne pouvant pas en jouir.
Surprise la maman miaulait à fendre l'âme,
Cherchant ses rejetons, et dans ses yeux la flamme
De l'instinct maternel lentement s'étiolait,
Tandis que sa mamelle gonflant sous le lait
Pendait, flasque et bien molle, à jamais inutile ;
Son matou s'associait à sa quête stérile.

Le garçon profitait, les chats s'apitoyaient :
Privés de leurs petits, sur son sommeil veillaient.
Au bout du petit lit, c'était bien là leur place,
Sur le doux édredon on en voyait la trace.
De leur douce toison ils faisaient un rempart
Contre l'ogre et le loup peuplant les cauchemars.
Parfois il arrivait que pour prendre leurs aises,
En chambre des parents, ainsi que sur des chaises,
Sur les corps endormis, alors ils s'étalaient,
Ronronnaient de plaisir, et puis ils se léchaient.

Toujours très amoureux, nos deux chats de gouttière,
Avec le temps passant, souvent à la verrière,
Côte à côte surveillaient les vols des pigeons,
N'étant plus en état de courir les buissons.
La chatte cependant, autrefois si allègre
Se cachait bien souvent, comme atteinte de fièvre,
Perdait beaucoup de poids, se mettait à vomir,
Au point que l'on pensait, afin que d'en finir
Avec tout ce supplice, à lui ôter la vie.
Un soir on la trouva, couverte de sanie...

Ne voulant plus chasser, le chat désemparé,
Avec son petit maître on le voyait couché,
Guettant sur ses genoux, soulevant sa paupière,
Le retour improbable de sa chatte altière.
Sous les doigts de l'enfant, ronronnait de plaisir
Pour enfin oublier le torturant désir
De la voir apparaître, après maints simagrées,
Au seuil de la porte, queue, oreilles dressées.
Mais rien ne se passait, hormis le temps enclin
À filer les saisons, tel le rouet le lin.

Le garçon grandissait. Toujours au domicile,
Notre chat continuait de se montrer docile.
Des signes cependant vinrent nous alarmer :
Le greffier se cognait, aux chaises, à l'évier,
Cherchait ses croquettes, son eau dans sa gamelle,
Un discret voile opaque enrobait sa prunelle ;
La sentence tomba : « C'est le Sida du chat ! »
À cause des morsures pendant les combats.
À l'euthanasier il fallut se résoudre
Devant un avenir qui sentait tant la poudre.

Je l'avais déposé dans son panier d'osier,
Placé sur la banquette, afin de l'emmener
Sans le moindre témoin chez le vétérinaire,
Pour un dernier voyage avant l'anniversaire
De notre amour mutuel quatorze années plus tôt.
J'angoissais de devoir le libérer bientôt.
La fin se déroula dans un glaçant mirage.
Je portai sa dépouille et la remit en cage.
Tout au fond du jardin, vite, il fut enterré
À l'abri du regard de mon fils atterré.
À bien des reprises le bel adolescent
Reprocha mon erreur, l'avoir rendu absent
Lors de ce moment triste où il aurait pu suivre
L'enterrement du chat, s'en délivrer... et vivre.

12

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Joël Riou
Joël Riou  Commentaire de l'auteur · il y a
Ce poème a été refusé pour concourir. Il n'est, à mon avis, ni meilleur ni pire que ceux qui ont eu la possibilité d'être sélectionnés. Peut-être que son sujet ( les chats), n'a pas été jugé assez porteur ? Si tel est le cas, à l'heure où la condition animale fait la une de l'actualité, je trouve cela regrettable. A vous donc, lectrices, lecteurs, auteures, auteurs, de me donner votre avis, bien que sachant que peu de personnes visitent les textes non sélectionnés ... Dura lex sed lex sur Short Edition.
·
Image de Dédé
Dédé · il y a
Ça tient plus du récit en vers que du poème : trop long et descriptif.
Vous avez le nez dans le guidon, essayez plutôt de prendre un peu de hauteur et de recul ; la poésie doit survoler, ici, on rase la moquette.
Je vous suggérerais en outre de réduire la pièce à la moitié, voire au tiers de sa longueur, et de la découper en quatrains... ça serait toujours beaucoup plus digeste.

·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci Dédé, pour cette critique argumentée, bien que le fait de raser la moquette me chagrine, n'étant pas un chat. Ainsi que je l'explique dans l'un de mes commentaires, ce poème est tiré d'une nouvelle, ce qui en fait effectivement un récit. Je suis de plus très réceptif aux poèmes romantiques, réalistes et symbolistes (Hugo, Vigny, Hérédia, .. baudelaire pour ne citer qu'eux ). Je pense notamment à La Mort d'un chien et à La Mort du loup, où il n'y pas de survol, mais des descriptions très précises. J'en suis là actuellement de mes recherches en écriture de poèmes, la narration l'emportant sur l'évocation ou l'allusion, que je ne maîtrise pas encore.
·
Image de Dédé
Dédé · il y a
LA MORT DU LOUP est effectivement un chef d'œuvre de la poésie didactique ; c'est avec sa "moralité" qu'il prend toute sa hauteur.
Et sa fibre humaniste a souvent conduit le chef de file des Romantiques sur le terrain du réalisme, et jusqu'au plus sordide, mais, en poésie, ce n'est assurément pas sur ce terrain qu'a pu se déployer son génie.

·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
D'accord avec vous sur l'importance de la morale qui clôt la Mort du Loup. Vous dites que ce n'est pas sur le terrain du réalisme que s'est déployé le génie de Vigny (l'un des chefs de file du Romantisme), dites- moi donc sur quel terrain vous l'envisagez plus fécond ?
·
Image de Dédé
Dédé · il y a
Pardon, je parlais d'Hugo : le lyrisme et l'épopée.
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Je pense que le génie de Hugo s'est déployé sur tant de terrains que l'on ne sait plus où donner de la tête :)
·
Image de Arletyna
Arletyna · il y a
Joël, un commentaire sincère à prendre avec philosophie et pour ce qu'il vaut, c'est juste mon avis.
Votre poème est parfois bancal côté alexandrins (recomptez certains vers n'ont pas 12 pieds) mais qu'importe !
Pour moi, qui ai 3 chats, il décrit très sensiblement l'attachement que l'on a pour nos félins, leur vie, leurs émotions, mais je le trouve parfois "laborieux". Certains mots semblent choisis uniquement pour faire la rime (maîtres et traîtres par exemple) ou pour pouvoir respecter l'alexandrin (En chambre des parents, par exemple) ce qui rend la phrase un peu lourde ou alambiquée.
Il mériterait d'être retravaillé :))

·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci pour ce commentaire argumenté. En ce qui concerne le nombre de syllabes, sur les conseils de Virgo 34, je me sert d'une application gratuite "syllaber" ou "scriblab" qui découpe les vers et donne le nombre et le genre de chaque vers, ce qui occasionne, parfois, des surprises. il peut arriver que le logiciel se trompe en ce qui concerne les diérèses, cependant. Quant à vos remarque sur la lourdeur de certains vers, vous avez raison, ils peuvent être dus au choix de la rime. C'est surtout le dernier vers qui me pose encore problème ( à cause de la rime), car il se termine sur une incertitude face à l'avenir du garçon (vivre mieux, ne pas mourir ... ?).
·
Image de RAC
RAC · il y a
Dommage que le comité de lecture n'ait pas retenu ce texte qui m'a fait piquer les yeux et mon chat aussi d'ailleurs ! Le style est agréable et le texte fluide à mon avis. Mais peut-être est-il arrivé en même temps que beaucoup d'autres textes du même genre ? (J'ai eu aussi des textes refusés et peu importe, on ne peut pas plaire à tout l'monde !) Bon réveillon à venir ! A+
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci beaucoup, RAC, pour votre témoignage. J'avais omis de vous répondre. Voilà chose faite et bonne année à vous.
·
Image de RAC
RAC · il y a
Tous mes voeux pour 2020 & à bientôt chez l'un ou l'autre !
·
Image de Meri Bastet
Meri Bastet · il y a
tous les amoureux et/ou propriétaires (ou plutôt servants) de chats se reconnaîtront quelque part. J'aime votre sensibilité mais je pense que la prose aurait peut être mieux convenu à ce récit.
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci pour votre avis sympathique. En ce qui concerne le poème, à propos duquel vous estimez que la prose eut été préférable, je l'ai écrit à partir d'une nouvelle que je n'ai pas mise en ligne. Mon propos était de faire un texte mi-poème / mi-conte, mais il n'a pas eu les faveurs de Short, alors qu'un autre poème, traitant du chien " Une chienne adorable " avait été accepté.
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Dans un de mes romans je raconte la même chose ; ce texte est intéressant mais il faut peut-être le remanier en mettant la focale sur l'adieu et tout ce qu'un animal être parfait, doué pour aimer sans apprendre, tout ce qu'une petite bestiole emporte de nous avec elle quand elle s'en va. Toujours trop tôt beaucoup trop tôt.
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci pour ce commentaire. J'ai essayé de condenser la vie de deux chats en quelques strophes, ce qui n'est pas une mince affaire. Pour cela, je me suis inspiré d'une nouvelle que j'ai écrite, et que je n'ai pas encore proposée à Short, j'y réfléchis, mais je n'aime pas trop les refus, alors j'attends ...
·
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Il y a des moyens de se passer de S.E. On peut prendre ce site pratique tel un terrain d'expérimentation ; mais si vous avez l'ambition d'écrire un bouquin sur vos animaux ce sera forcément au-dessus de S.E.
·
Image de Flore
Flore · il y a
Je suis du même avis que Jean Calbrix, il est bien écrit et moi qui ait eu des chats qui ont compté dans ma vie. Ils reposent aussi dans le jardin...et je suis très sensible à tes mots où je me retrouve beaucoup...Avec les chats ou les animaux en général, on ne connait jamais de déception ...Maintenant, je me contente de mes chats voisins qui passent dans le jardin...
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Dommage que ces chats ne fassent que passer dans ton jardin, à moins d'une petite caresse au passage :)
·
Image de Flore
Flore · il y a
Des caresses bien sûr, des petits restes...et j'avais oublié de cliquer sur le petit coeur....réparé.
·
Image de Jean Calbrix
Jean Calbrix · il y a
Il est bien de dommage que le comité de lecture ait refusé de faire concourir ce poème bourré de qualités littéraires et dont la sujet parle à tout un chacun !
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Merci à vous jean, pour avoir lu ce texte hors compétition, et pour ce commentaire qui me rassure et soutient les amoureux des animaux domestiques.
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Votre poème me fait penser à mes chats... à celui que j'ai dû me résoudre à faire euthanasier cet été, au petit couple l'ayant remplacé... la femelle, une petite intrépide adorable, nous a fait une belle frayeur en se faisant probablement renversée par une voiture il y a deux semaines : urgences, hospitalisation, opération d'une hernie diaphragmatique. Dans son malheur elle l'a échappé belle.
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Longue vie à ce couple de chats Isabelle :o)
·
Image de Isabelle Lambin
Isabelle Lambin · il y a
Merci Joël :o)
·
Image de Blackmamba Delabas
Blackmamba Delabas · il y a
Ça commençait bien... Évidement la chute est brutale!,
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
A la différence des contes. Merci à vous de parcourir mes textes et poèmes.
·
Image de Patricia Burny-Deleau
Patricia Burny-Deleau · il y a
Un poème vibrant d'amour, de tous les amours sincères et profonds.
·
Image de Joël Riou
Joël Riou · il y a
Un grand merci à vous Patricia, il est vrai que j'ai tenté de croiser les liens affectifs entre les gens entre eux et envers les animaux.
·

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème