1
min

Une quinqueparolie

3 lectures

0

Une quinqueparolie



*
Bassin


Au-dessus de la sphère
que sanglent des fasces ajourées

en traces de turquoise
en reliquats d'aigue-marine
la symétrie des dauphins

porte

les arcades que filètent leurs paroles d'eau

à l'intersection solaire


*
Le voyage sur la transparence


En ces journées entières
de neige hématique

je m'abandonnai par degrés
à la candeur
qui a le don de muer les pierres angulaires

en gemmophanies


Et confluées leurs eaux
font traverser mes yeux

vers la contemplation

plus bâtisseuse que la transformation par les poignes


*
Le jour de Leukaima victorieuse


en éploiement des jais déluis
le corvidé s'envole
et toutes les cires cambriolées
à l'entour de la madone squameuse
effroident la polychromie de leurs stalactites


*
Naissance du rouge


Longtemps des oiseaux
auront noirs participé de la baie de la villa

ce midi sans briser
ils s'essorent
avec leurs décalques de verre

à travers l'indéfini des ciels
ils font fileter la sanguine
et désheurer l'éosine


*
Loup-de-lune


Sur le sol de cailloux et de poudre micacée
les ombres et les clairs
tout au long du chemin
éventent des loups frémissants

j'oscille

entre celui qui masquera
le visage météore
recru de ce qui a été traversé

et celui qui dérobera
le visage satellite
effrayé de ce qu'il reste de trajectoire

autour du foyer rémittent
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,