Un soir

il y a
1 min
16
lectures
0
Sur de nombreuses places
Nous nous voyons errer
D'une démarche lasse
D'un oeil désespéré

Fumant ta cigarette
Une flamme s'éteint
Une danse s'arrête
Grise comme l'étain

Tu parles et je rêve
Le croissant orangé
De la lune trop brève
Nous aura arrangés

La folie nous rapproche
Cette nuit te sourit
La folie nous raccroche
Cette nuit me nourrit

Ta blondeur se balance
Tournons Tournons Tournons
Tu es toi qui t'élances
L'inconnue de renom

Tout d'un coup une étoile
S'enfuit tu perds pied
Ton sourire se voile
Tu t'es faite piller

Des larmes sur tes lèvres
Perlent jusqu'au fier ciel
Ton regard si mièvre
Devient superficiel

Ton souvenir s'envole
Ta voix cassée se meurt
Et ce que tu me voles
N'est plus qu'une rumeur
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,