UN NOIR COMME UN BLANC

il y a
1 min
2
lectures
1

Je suis Baudelaire d'un mélange d'Hugo. Je suis Dadié d'un mélange de Senghor. Je suis une muse, je suis une feuille, une feuille vierge, je suis ce que tu vois. Lisez c'est tout moi. Pas besoin  [+]

Le racisme! Nul n'avait idée qu'il existerait des races.Nul ne savait qu'on nommera cela , RACE.
Personne même la pensée, même le passé n'aurais exister. Et voilà que vous apparaissez avec vos mines d'enfants de coeur,
Un coeur rempli de seringues, un coeur enflée de haine.
Vous vous êtes jouez les plus sympathiques , les plus distinguées.
On vous a servir parce qu'on étaient pas soudés, on vous a aimez parce qu'on étaient inconscient,
On vous a donnée tout parce qu'on n'attendait pas du mal de votre part.
Vous nous avez inculquer des formules de savoir vivre exhaustives,or avant cela on vivaient avec notre savoir vivre.
Vous apparaissez en agneau, au fond vous êtes des loups, vous vous faites beaux , au fond vous êtes laids, ça me fait mal de vous le dire ainsi mais vous me donner pas le choix, peut être que vous le dire en face serait encore pleinement meilleur,
Faites les yeux d'hiboux, de biches à vos tares, a vos pathétiques devises, a vos vilaines manières. Le noir parle et ça passe , on laisse tomber , parce qu'on a un coeur, de bronze, d'argent, un coeur en or rempli de belles perles de diamants.
On n'es pas différents mais vous nous rendez ainsi,
On est pareille mais vous prouvez autre chose,
On est identique mais vos recherches ne disent pas pareille.
Traiter nous de sottes et vilaines appellations, on prend tout, même le titre d'esclave,
Sachez marcher, regarder où vous posez vos jolies pieds, faites gaffe à nos croisement.
Que DIEU vous protège, que vos mères vous surveille, que vous père vous cherche...
On ne peut rien contre vous, même pleurer ne vous rends pas inoffensif, vous êtes les géants d'après vous , mais prier pour que les noirs de mon noir ne réunissent pas , prier vos dieux pour que l'Afrique ne soit pas États Unies d'Afrique, prier pour que je meurt, car si je respire vous verrez dans CONTINENT les flèches les flambeaux de mes vers ,de mon coeur en désespoir. Je ne suis rien, je suis que NOIR comme BLANC. Noir comme VOUS.
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !