Un matin d'automne

il y a
1 min
92
lectures
26

Depuis L'océan indien ma prose voyage du battant des lames au sommet des montagnes et je me souviens de mes vies antérieures  [+]

Un vilain crachin tombait sur l’avenue
Pour ruisseler sur les vitres du salon.
La fontaine de pierre de son monstrueux bec verseur
Située sur le rond-point déversait continuellement
Une eau tumultueuse dans un bassin circulaire.

A travers la fenêtre
D’un matin d’automne
Au ciel gris et sans aucune luminosité,
On distinguait les silhouettes de quelques passants.
Les lames du parquet craquaient d’une pièce à l’autre,
Tout craquait, le plancher, le plafond, les cloisons.

La cuisine était éclairée par une ampoule
Économique à basse consommation,
Les murs étaient d’une couleur coquille d’œuf
Et ça sentait une odeur d’eucalyptus
Et de sac en plastique.

La chaudière n’était pas encore en service
Et les radiateurs froids étaient incapables de sécher
Le linge humide posé sur un petit étendage
Métallique et plastifié.

De temps en temps, le moteur de l’ascenseur
Se mettait en route et on entendait le bruit de la cabine
Monter ou descendre.
On entendait s’ouvrir des portes et grincer des serrures.

La tuyauterie vibrait, des robinets émettaient des sifflements aigus
Avant qu’une chasse d’eau se vide brutalement
Dans la colonne d’évacuation de l’immeuble.

Dans le hall d’entrée, la concierge passait l’aspirateur
Après avoir vidé dans un sac poubelle toute la publicité.

Devant les boites aux lettres,
La vieille moquette n’en pouvait plus
De tous ces pas perdus.
26

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !