Un fils, une planche, un orage

il y a
1 min
509
lectures
273
Lauréat
Jury
Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce poème profond, instant suspendu dans l’attente d’un drame qu’on sait irrévocable, dévoile peu à peu toute sa complexité. Bien plus

Lire la suite

«Écrire sans cesse fatigue comme le travail de la terre.» Robert Walser, La promenade «Écrire, c'est ne jamais trouver.» Louis Calaferte, Septentrion  [+]

Image de Printemps 2019

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Accoudé sur une planche blanche
Peinte l’année dernière
Au printemps
Le fils fixe les champs
Les bras repliés sous le menton
À l’un des bouts de l’enclos

Le ciel est gris-noir encre
La tempête se prépare
Le paysage ne respire plus
Le silence fige le temps

Des éclairs apparaissent au loin
Les champs ont une couleur métallique

Le père est à l’écurie
Il desselle les chevaux
Ils ont écourté leur promenade

Le fils entend les moindres gestes
De l’animal, du père
Les sons lui arrivent distinctement
Il imagine son cheval sur trois pattes
Le museau qui chatouille l’avoine

L’orage s’approche
De minuscules gouttelettes
Abreuvent la terre sèche du mois d’août
Une légère brise se faire sentir
Les bourrasques sont en chemin

Le fils enlève son chapeau
Regard toujours au loin
Les champs, la forêt au fond
Un arbre isolé

Un arbre isolé au milieu des champs
Il ne semble pas effrayé par l’orage
Il ne bouge pas, il ne dit rien

Les gouttes deviennent de plus en plus grosses
Le fils remet son chapeau
Son père a certainement terminé
Il se décide enfin de rentrer.

Recommandé

Pourquoi on a aimé ?

Ce poème profond, instant suspendu dans l’attente d’un drame qu’on sait irrévocable, dévoile peu à peu toute sa complexité. Bien plus

Lire la suite
273

Un petit mot pour l'auteur ? 1 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Kruz BATEk Louya
Kruz BATEk Louya · il y a
Bravo ! J'ai tant aimé ce texte

Vous aimerez aussi !