1
min

Un coq chanta (d'après la nouvelle de Guy de Maupassant)

Image de Charles Dubruel

Charles Dubruel

9 lectures

2

Mme Olga de La Chaussée
Avait jusqu’à présent repoussé
Les supplications de Joseph de Francoeur.
Cet été, il la poursuivait de ses ardeurs.
Maintenant, il donnait fêtes et chasses
Pour elle, en son domaine de Bazas.
Joseph était gros, petit,
Court de bras,
De jambes, de cou,
De nez, de tout.
Il vivait séparé de sa femme qui
Ne lui pardonnait pas
Sa faiblesse physique.
Grande, maigre, assez caustique.
Olga ne voulait toujours rien lui accorder
Joseph la harcelait de ses prières.
Olga lui disait avec un clin d’œil :
-Si je dois tomber,
Ce ne sera pas avant la chute des feuilles.

Fin octobre, à Bazas,
Joseph organisa une grande chasse.
Peu après le départ,
Olga le retint, non par hasard :
-Si vous prenez un cerf,
J’aurais quelque chose pour vous, mon cher.
D’une oreille, Joseph avait écouté
Cette parole tellement souhaitée
Et de l’autre, il suivait le chant des cors
Et la voix des chiens qu’on entendait encore.
-Vous m’aimez donc, n’est-ce pas ?
Olga l’a embrassé
Et répondit :-La question ne se pose pas.
Mais vous êtes plus intéressé
Par la chasse que par moi actuellement.
-Mais, comment,
Vous vouliez un animal...
Joseph piqua son cheval
Elle, cingla le flanc de sa jument.
Côte à côte, ils chevauchèrent
Un long moment.
Tout à coup, un cerf passa devant eux.
Ils le pourchassèrent.
La bête sauvage fut prise deux
Heures plus tard. Olga remercia le baron
Et lui ordonna : -Maintenant, rentrons !
Ils revinrent au château et dinèrent.
-Je suis lasse, lui dit-elle au dessert,
Permettez-moi de monter me reposer.

Peu après, Olga accueillait le baron
Non pas ivre mais un peu rond.
Elle l’a embrassé et caressé
Puis de son doigt
Lui montra le lit :
-Je vais revenir. Attendez-moi.
Alors Joseph se dévêtit
Et s’enfonça dans les draps.
Mais Olga ne revenait pas,
S’amusant sans doute à le faire languir.
Les membres de Joseph s’engourdirent
Peu à peu. Sa pensée s’assoupit
Puis fatigué par la chasse, il s’endormit
Jusqu’au petit matin.

Dans le poulailler voisin,
Le coq alors chanta.
Joseph se réveilla...
Dans un lit
Qu’il ne connaissait pas.
Contre lui il sentit
Un corps de femme nue et balbutia :
-Où suis-je ? Qui fait se bruit
C’est un coq qui chante. Dormez, mon ami !

2

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Duje
Duje · il y a
Sommeil plus fort que l'envie !
·
Image de Charles Dubruel
Charles Dubruel · il y a
ben, oui, Duje, la chasse à cheval, toute la journée, ça fatigue !
·
Image de Dolotarasse
Dolotarasse · il y a
Ben mince alors, impossible de conclure l'affaire...
·