Un Clair de Lune

il y a
2 min
492
lectures
120
Qualifié

Calme pur. Calme clair.
Pas un seul souffle d'air.
Une nuit lumineuse. Une nuit généreuse
De rêve dans les astres et les nébuleuses...
Visage de Pierrot, une Lune accrochée
Au velours bleu profond de la nuit étoilée
Dessine à votre front un couronnement d'or
Et coule à votre épaule une écharpe de soie.
Nuit de juillet ! Ô tiède nuit d'été ! Dehors,
C'est le repos nocturne et c'est l'oubli de soi.
Nous bavardons ensemble, assis au banc de pierre.
La tonnelle voisine, tout habillée de lierre,
Nous offre sa fraîcheur et son ombre complice ;
Et tout auprès de nous dans le silence glisse
Un parfum de jasmin, de roses et de lys.
Doux instant de bonheur à l'abandon propice...
Il me paraît... Non... Si ! Votre bras, à l'instant,
Au mien vient se serrer... C'est comme un frôlement, 
Un papillon fragile aux ailes trop légères !
Dans la tiède lueur de cette nuit si claire...
Non ! je ne rêve pas... Je ressens la caresse
De ce bras qui me parle et qui au mien se presse
Doucement...
Tendrement...
Et notre bavardage
Très amoureusement glisse au marivaudage...
Votre main sur la mienne est venue se poser :
Instant délicieux ! Je n'ai jamais osé –
Suis-je de ceux qui osent ? 
J'ai souvent espéré –
En désespoir de cause ?
(Aux parfums capiteux j'ai toujours préféré
La fragrance légère d'un rêve éthéré.)
Et là, dans la nuit claire, à nos regards émus,
Nos cœurs en un sourire se sont reconnus.
Tendre échange muet
D'un amour désuet...
Est-il une saison,
Est-il une raison,
Pour aimer follement, 
Pour aimer sagement ?
Car faut-il être sage ou faut-il être fou
Pour aimer d'un amour bien au-delà de tout ?
Est-il besoin de mots pour dire que l'on s'aime ?
Alors on croit donner le meilleur de soi-même
Et puis l'on s'aperçoit qu'en déclinant « Je t'aime »
À tous les temps, passés, présents ou à venir,
Les mots n'ont pas toujours le même devenir.
Le mot est si facile,
Le verbe si fragile !
La même résonance, ou même « raisonnance »,
Peut, en changeant de ton, en changer tout le sens.
Est-il besoin d'un mot pour dire son amour ?
Un silence, un regard, valent mieux qu'un discours :
Ils sont plus éloquents 
Que trop de mots savants
Et le geste espéré que l'on croit difficile
En un instant se fait : c'était donc si facile !
Et qu'il est donc si doux
Lorsqu'il me vient de vous
Ce moment attendu,
Temps au temps suspendu,
Jamais encore osé...
Du tout premier baiser...
C'est un repos du temps
Que devenir amants.
On vole au temps son temps,
L'on devient comme un Dieu les seuls maîtres du Temps.
En ce baiser qui passe, 
Où le Vous devient Toi,
Remercions la grâce
Que le Ciel nous envoie.
Nous apprenons nos cœurs en apprenant nos lèvres.
Nous calmons nos ardeurs en calmant notre fièvre.
Nos mains se font pressantes
À ces nouveaux émois
De nos amours naissantes 
Où le Moi change en Toi...
 
Il n'y a plus que Nous dans cette nuit si claire, 
L'un à l'autre embrassés devant le banc de pierre.
Nos lèvres ont scellé les serments amoureux
Que nos mains ont écrits en caresses de feu.
Ta tête auréolée de lumière de lune
Se love en mon épaule et moi, Pierrot de Lune, 
De la main, tendrement, caresse tes cheveux.
Comme un enfant heureux, tu baisses tes beaux yeux.
Les astres tout là-haut font une ronde au ciel
En allumant pour nous des étoiles de miel.
 
Le Poète est rêveur et son rêve est Beauté :
Il suffirait de peu qu'il fût Réalité...
 
 
 

120

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !