1
min

Un amour de supplicié

Image de Schneider Marc

Schneider Marc

5 lectures

0

Un seul de ses regards et mon être ne m'appartient plus. Je ne suis qu'une coquille vidée de sa substance libertaire, prête à se remplir d'un amour non partagé, dont le sens unique me rend pour seul martyr. Son regard de glace, éveille en mon sein un feu qui dévore mon âme abandonnée à sa charité chrétienne. Humilié.. rabaissé.. éprouvé jusqu'à la lie.. je mendie les miettes d'un amour artificiel qui n'est le fruit que de sa cruelle pitié. Pourtant, je reste fidèle à celle qui a su me prouver que l'amour véritable existe, superbement illustrée dans sa laide beauté, sa magnificence de lumière à l'obscurité dévoilée. Sa perpétuelle présence dans mon coeur écorche une à une les strates de la santé psychologique que mon esprit tentait de sauvegarder. Le flux incessant de mes émotions me submerge telle une rivière de lave qui coule dans mes os, me vrillant les nerfs pour me glisser non pas vers mon trépas mais au seuil de la folie humaine. Quel pêcheur j'ai été que d'avoir rêver l'impossible, d'avoir remplacé dans mon corps et mes pensées un Dieu bon et vénérable par une déesse, ou bien serait ce une diablesse ?!! Elle est mon tout, elle est ma vie, du lever au coucher, et même au-delà de mes pensées, dans mes songes de morphée. Elle est mon monde, mon univers, ma montre et ma boussole... je perds le temps et mes repères de ses absences, de ses manières. Je crains qu'elle soit pour moi symbole de vie et de lumière, depuis le jour où elle avait à mon égard, des yeux froids et méprisants à vous glacer le sang, et qu'à jamais les fers auxquels mes pieds sentaient se lier je pourrais un jour me détacher, puisqu'elle en a jeté les clefs.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,