Un ailleurs qui fasse rêver ?

il y a
1 min
7
lectures
0

« La pluma es la lengua del alma. »  [+]

Un ailleurs qui fasse rêver dîtes-vous ? Pour cela, il faudrait déjà pouvoir être libre, ce qui n'est guère le cas dans ce vaste monde.
Comment pourrions-nous rêver dans un endroit que nous avons détruit, un endroit que nous avons saccagé, un endroit que nous avons ruiné, un endroit que nous avons... Tué.
Comment pourrions-nous rêver sans se soucier de cette injustice qui ne révolte plus personne, de cette pauvreté qui ne choque plus personne, de cette violence qui n'effraie plus personne.
Être protagoniste non pas d'un rêve, mais d'un cauchemar qui ne fait qu'être le quotidien de nos misérables jours que nous pensions heureux.
Le monde d'aujourd'hui ne possède plus cette étincelle qu'elle avait auparavant, les mers et les océans reflètent à présent le néant, les jungles et les forêts symbolisent le regret. Tous ces arbres balayés d'un coup de sabre furent le macabre d'une nature obscure. Le reflet de cette planète n'est autre que l'enfer. Nous agissons tel des démons impuissants. Diable ! Esprits saugrenus qui s'accaparent de pauvres cerveaux humains, apaisent nos chagrins et montrent nous le chemin, d'un destin lointain.
Que dire de cette population où temps rime avec argent ? Où le bonheur fait le malheur de l'autre. Comment pouvoir vivre dans un endroit où la loi est un désarroi pour soi. Être la proie d'un sournois complot où seuls les bourgeois auront la joie d'accomplir exploit et prouesse avec gentillesse et délicatesse qui en réalité se révélera être de la malfaisance pure.
"La liberté commence où l'ignorance finit" avait un jour dit Victor Hugo. Malgré toutes ces explorations extérieures, il reste tout de même un endroit où est préservé la sagesse, la tendresse et la richesse d'un chose inexploitable qui est l'âme. Notre corps est le seul endroit où nous sommes maîtres de tout ce qui le constitue.
Nous possédons, certes, des oreilles pour pouvoir écouter la douce mélodie que notre voix chantonne, des yeux pour admirer un monde idéal où manipulation et stupidité n'existeraient pas, un univers où nos pensées en seront l'auteur.
Voici ce qu'est pour moi, un endroit qui fasse rêver, cette ailleurs, c'est nous-même.
Je termine sur ces belles paroles qu'a un jour prononcé Léon Blum : "l'homme libre est celui qui n'a pas peur d'aller jusqu'au bout de sa pensée."
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !