1
min

Tullia

Image de Eronali

Eronali

10 lectures

0

Je chante en ce jour noir l’âme d’une chimère
Libérée du brouillard et des chaines de chair ;
Pour m’épauler ce soir je n’ai pour compagnon
Ce qui ne peut échoir soit Diane en ses haillons.

Maudite est la fortune et ses fers impartiaux
Qui nie et importune chacun de nos sanglots.
Quelque fut ta rancune, immonde fantaisie
Dans mes vers cette muse n’aura jamais péri.

Toi qui la connaissais, reine de contingence,
Il n’est plus de succès pour que ta transparence
Dénigre ta silhouette condamnée à déclore
La nuit par le poète car bientôt vient l’aurore.
0

Vous aimerez aussi !

Du même auteur