Tu reste notre dame

il y a
1 min
9
lectures
0
A ta naissance, l’évêque de Sully t’a couvée,
Il t’a vue naître dans un berceau parisien,
Le pape alexandre était à tes cotés,
Pour t’accueillir en tant que chrétien.

Tu as été baptisée dans les bras de la mère du christ,
Autour de bon nombre de personnes venu t’acclamer,
D’année en année tu rayonnais de beauté,
Accompagnée néanmoins de jours sombres et tristes.

Enfin, les siècles ont emporté avec eux ta jeunesse,
Pour te poser un sceptre avec un coq sur son bout,
Et alors, la France entière t’a acclamée en liesse,
Pour que nous soyons en admiration de ta beauté debout.

De nombreux autres évènements, tu verras,
Jours sans nom où moments heureux,
Regards emplis de tristesse où visages radieux,
Multitudes d’émotions, tu contempleras.

Car, ni feu ni saccages n’enlèveront,
Car, ni révolutions ni guerres ne te soumettront,
Car en fin de compte, tu restes notre dame.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,