TROU NOIR

il y a
1 min
1
lecture
0
Je croyais qu'en moi il y avait du sang, des tripes, des os, mais non,
À l'intérieur de moi, il y a un trou noir, et tout ce qui entre disparaît et est avalé.
Quand les mots sont entrés, ils deviennent des rumeurs et puis rien,
Si une mélodie entre, elle devient vide,
Et tous ces souvenirs irrévocables coulent soudainement.
Même les ombres se transforment en cendres et puis disparaissent,
Les adieux sont rongés par mon trou noir.
La vérité, je m'inquiète car, quand l'amour entre, il se dématérialise.
Les levers de soleil et les rêves se pulvérisent encore plus vite,
Même tout ce que j'ai été s'est transformé en quelque chose de brutal à l'intérieur du trou noir.
Mon cri se transforme en sel puis en ténèbres,
Le temps n'est pas le temps
Moi qui suis conscient et dehors, crains qu'un jour, endormi,
Je disparais aussi,
Parce que la lumière restante n'est qu'un portail vers mon trou noir.
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !