1
min

TROIS PIÈCES DOCILES - Premier Tableau

Image de Jean-Louis Sarah

Jean-Louis Sarah

14 lectures

1

1.
Étreint, éteint dans le rêve perdu. Pétri, vidé, plaqué sur le mur du temps, me vient une musique à peine éclose délivrée par tes dents, murée d'angoisse tue. Me viennent des frissons de lune écarquillée de toi, toi qui disait si bien la lumière des choses.

Taciturne attentif, errant aux rives du sentier je ferme ton cri au vent.

Et l'on perpétuera la besogne insensée, on tournera dans le silence hurlé qui ébranle la nuit. C'est méchant et ça mord, parfois l'aube soulage mais ça relance, alors on pleure.

Et puis c'est le matin qui ose (combien de fois redit). Les heures avancent sages, le soir nous rejoint familier, la nuit ne nous sera pas terreur.

Les journées nous pèsent, la froide rosée enveloppe nos humeurs, les heures chaudes nous les espérons. Elles arrivent sans que nous bougions.

1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,