Triste ballerine

il y a
1 min
35
lectures
6

Ce n'est pas moi qui écris ma vie. Non. C'est elle qui s'écrie  [+]

L'eau s'écoulait sur son si beau visage,
Se mélangeant à ses si tristes larmes.
Ses pleurs traversèrent les âges,
Ses cris étaient les plus violents sevrages.

Elle chantait sa peine au monde,
Comme on caresse une rivière,
Elle passait sa haine immonde,
à d'autres, jusqu'à notre ère.

Elle dansait comme une ballerine,
Pas à pas, elle s'élevait dans les airs.
Et ses doigts qui culminent,
Devenaient notre main de fer.

Une voix si mélancolique,
Que nos yeux pleuraient,
Une douleur si titanique,
Que nos cœurs souffraient.

Et elle mourut un soir de Novembre,
Une larme creusée dans sa joue,
Un feu espoir tombé en cendre,
Une utopie qui nous aura rendus fous.
6

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,