Tombe la nuit

il y a
1 min
9
lectures
3

Infime poussière voguant dans le « grand espace sidéral », mais non dénué d’humour, qualité très difficile à apprécier, à l’échelle particulaire, je comptabilise déjà quelques  [+]

Dans l'intense fraicheur vespérale
Voici l'étrange instant final
Où le jour sonné et trébuchant
Quitte l'espace en somnolant
Et s'envole doucement vers le néant.

Un arbre dénudé étire ses membres branchelesques
Et dans cet atmosphère de silex
Appelle les visiteurs du temps d'ébène.

Ivres d'espaces et de senteurs moisies
Les fantômes de la nuit s'étendent sur l'infini.

Des sons et des songes volent de chemins en buissons
Et sèment dans les andins angoisses et sensations.

Alors, lentement, s'élève dans les nuées
Le chant des elfes et des follets
Trouble mélopée des ténèbres
Envoûtante, caressante et légère
Offrant aux compères d’infortune
Murmures et frémissements nocturnes.

Il pleut sur la vie
Mais les hôtes du moment, charmés ou ravis
Reprennent ensemble dans leur cœur
Les notes échappées de leurs bouches en fleur.

Puis doucement la nuit s'éteint
Cédant sa place pour un jour
A la lumière de l'astre renaissant.

Dame brume matinale
Agite doucement son châle
Vaporeuse volute câlinée par la brise
Qui efface sans surprise
Le flou si triste et sombre
Des multitudes de formes d'ombres.
Elle esquisse avec adresse
Sur la grand toile de la Nature
Dans la lumière à peine naissante
Les lignes concrètes du réel.
3

Un petit mot pour l'auteur ? 2 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Doc Pavo
Doc Pavo · il y a
merci beaucoup
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Magnifique