1
min

Timelapse

4 lectures

1

A tous ceux qui se lèvent étouffés
Par les touffeurs de la nuit
A ceux transis dans une gare en transit
A l'archet qui violoncelle ton âme
Et ravine ton cerveau
Car ça brûle et t'émeut
Au bleu qui te cyanose
Au rouge qui te sature
Oxygène ton sang
Uppercute ta joie
A ta danse dans le vide
Sous des néons tremblants
A tes hanches qui bougent
Que tu colles contre le mur
Et qui bougent encore
A la pierre au béton
A l'angle droit au verre
A la modernité de tes froideurs légères
Belles si belles enfants peroxydées
Respirant monoxydes et langueurs ordinaires
A l'air et au soupir que tu fais quand tu jouis
Dans cette forêt inventée
Plus verte que ton écran
Où t'endormir enfin
A l'écho dans ton ventre
Qui cogne ton acier
Et te fera puissant
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,
Image de Zurglub
Zurglub · il y a
De la poésie !!!
·