Te souviens-tu ?

il y a
1 min
406
lectures
77
Qualifié

"Et si écrire, c'était tout simplement ne plus taire cette âme en soi?" François Cheng  [+]

Image de Automne 2020
Te souviens-tu mon roi
De la terre grillée
Qui craquait sous tes pas
Ton royaume envahi
Et la belle endormie
Que tu ne trouvais pas ?

Te souviens-tu des rêves
Que tu faisais alors
Au plus fort des combats
Que tu ne gagnais pas ?

Au plus fort de la mort
Les lendemains amers
S’enfonçaient en ton cœur
Comme l’amour des chiens
Et les grands oiseaux noirs
Nettoyeurs de misère
Sur les terres perdues
Chantaient le désespoir

Te souviens-tu ton peuple
Affamé et tremblant
Qui regardait le ciel
Mangé par les ténèbres
La peur qui s’installait
Ennemie familière
La vie ensevelie
Dans des sables écœurants ?

Te souviens-tu mon roi
Ton amour pour la guerre
Les pauvres morts semées
Bien au-delà des trêves
Et la belle endormie
Que tu n’as pas trouvée ?

Et moi, je me souviens
Que mon âme salie
Du palais oublié
D’un prince sans mémoire
Déposa un baiser
Sur le front ébloui
D’une belle endormie
Qui n’osait plus y croire
77

Un petit mot pour l'auteur ? 98 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de JLK
JLK · il y a
J'aime bien, entre autres, ces "grands oiseaux noirs nettoyeurs de misère"...
et qui vont leur chemin de croâ...

Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Moi aussi je les aime bien...
Image de Albane Charieau
Albane Charieau · il y a
Regrets.
Image de Zalma Solange Schneider
Zalma Solange Schneider · il y a
Oh, c'est très beau !! Avec ce bond en arrière saisissant... et une belle écriture fluide.
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci beaucoup! Un commentaire qui fait plaisir...
Image de Draoudé PR
Draoudé PR · il y a
Très beau poème !
Félicitations !

Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
C'est très gentil! Merci beaucoup!
Image de Arthur Rogala
Arthur Rogala · il y a
Très joli poème, qui raconte une petite histoire tout en délicatesse, avec un bon rythme.
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci beaucoup Arthur...!
Image de True Badour
True Badour · il y a
J’aime le rythme de ce magnifique poème.
Des vers courts pour cadencer la lecture de chaque strophe.
Construites, bien souvent, en une seule phrase. chacune d’elles s’allonge sans reprendre son souffle.
Le lecteur (moi en tous cas) est happé, entraîné par ce tempo. J’ai adoré !

Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Je suis très touchée par votre commentaire sur ce poème qui me tient à cœur. Merci vraiment...!
Image de Alauda D.
Alauda D. · il y a
J'ai été transportée en un lointain pays d'Afrique à écouter la légende que raconte un griot. Un beau voyage !
Image de deleted
Utilisateur désactivé · il y a
Un conte moderne. Ou pas !
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Un peu les deux sans doute...!
Image de Ode Colin
Ode Colin · il y a
J'ai beaucoup aimé !
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci beaucoup Ode. Contente que vous aimiez... 😊
Image de Kolgard Sino
Kolgard Sino · il y a
Un poème sur fond de conte ! Intéressante idée et joliment écrit. J'y lis une sorte de soliloque intérieure d'une princesse/reine qui se parle à elle-même pour exprimer ses ressenties à un Roi qui n'est pas là pour finalement faire la rétrospective de sa propre vie !
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Merci pour votre commentaire intéressant et votre ressenti. On ne sait pas toujours d'où vient ce que l'on écrit. Peut être de très loin, des contes de l'enfance, de l'inconscient...
Image de Kolgard Sino
Kolgard Sino · il y a
Si on savait d'où ça venait... ça perdrait de son intérêt !
Image de Camille Berry
Camille Berry · il y a
Oui sûrement...
Image de Kolgard Sino
Kolgard Sino · il y a
Je pense que certaine choses doivent garder leur mystère

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Far West

Camille Berry

Je me tiens bien droite face au vent, mon châle serré sur les épaules, la chevelure défaite, le regard au-delà de l’océan. Je n’ai peur de rien, ni du froid, ni de la fièvre qui me tient... [+]