Tableau n°1

il y a
1 min
12
lectures
1

J'ai 400 caractères, mais je m'en accommode avec une aisance qui prête au fantasque. Je suis tombé ici un vendredi, pour rire et m'en rassure  [+]

Le linge s'éparpille entre le sale et le propre
Une tasse de thé vide sert de décor
Et la bibliothèque qui craque

Aux plantes d'hiver l'eau ne suffit pas
Il faut la lumière et ses caresses, timides
Dehors la brise gelée donne le change

Les draps attendent d'être époussetés
Le sommier a des profondeurs d'Everest
On imaginerait une banquise

Des projets traînent comme en jachère
Les photographies comme autant d'indices
A l'espoir grand bruit: la veille alors
1
1

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !