Symphonie pour une aube bleue

il y a
1 min
629
lectures
288
Finaliste
Jury

J'aime la poésie, la fiction, les nouvelles, les textes courts, les textes longs, j'aime inventer des personnages hors du commun, emportés dans des situations inhabituelles par le temps qui passe ... [+]

Image de Grand Prix - Automne 2020
Image de Poèmes
Le ciel s’acharne
À faire couler son bleu lavande
Sur les plus petits feuillages,
Les chemins et les cailloux,
Un décor de théâtre qui avance
Dans le silence des cadrans solaires
Et le cliquetis des horloges,
Tiré par un quadrille de percherons ventrus
À la robe de sueur et de vent,
De vieille chair de poule
De feutrages odorants…

Dans l’auditorium illuminé,
Le chef d’orchestre endimanché
La baguette à la main,
Dirige sa cohorte,
Cornet à piston,
Violoncelles et violons
Flutes et hautbois
Piano et contrebasse.
Aux plafonds lambrissés
Où vibrent les pampilles
Monte une musique,
Symphonie pour une aube bleue,
Allegro ma non troppo.

Les rêves des enfants
À l’odeur de printemps,
Les songes inavoués
Des filles impubères,
Les espoirs envolés
Des couples vieillissants
Des mères célibataires,
Des vieux colocataires
S’élèvent vers le ciel
En bulles hermétiques.

Au fond de la fosse d’orchestre,
Un retraité au cœur endommagé
Blanc déjà d’un ailleurs
Où il ira bientôt,
Pousse en souriant
Dans son dernier solo
L’archet d’un violoncelle
D’où sort en gémissant,
Allegro ma non troppo,
L’aube bleue de la symphonie.

Le monde attend.
Mais rien ne vient.
La symphonie s’éteint
Comme le jour qui passe,
Les percherons fourbus
Avancent sans un bruit
Dans les sillons de labourage
À l’odeur de crottin,
De menthe et de fenouil.
Ils tirent avec lenteur
Le décor de théâtre
Aux poutrelles embrouillées,
Aux décors estompés
Qui se déplace,
Change de place
Et s’en va
Dresser ailleurs ses tréteaux…
288

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

La fontaine

Pierre Lieutaud

J’étais là, près de la fontaine de galets aux trois bouches de bronze qui riaient le jour, la nuit, sous la neige des hivers, le soleil des étés aux odeurs de fougères et de menthe, j’étais ... [+]