Sur mon front

il y a
1 min
4
lectures
0
Jaillissent les fumées d'un ancien rêve,
Ou le jour comme la nuit s'étirent sans fin.
Prenant à témoins les crevasses des mains,
La sueur d'un front complice de ses propres effractions.

Le corps s'agite tel un pantin
Affolé par cette quête obstinée,
Dans le sillage de la perte
Ou l'émotion se transforme en dessein
Avec ce seul désir
Outrancier,
Ingénu, innocent, ravageur.

Donne moi les clés
Que je disparaisse.
On s'ignore
Dans ce lointain paysage.

Débarrassé des palissades du temps
Nu,
Vers cette clarté immobile.
Ferme les yeux
Caresse le silence
Ou vas tu?
Cherche
Absorbe le peu de rien de cette flamme vacillante.
Qu'une cruauté absente
S'abîme en plein ciel,
Ne se révèle qu'étouffée
Par un immense désaveux.

J'irais par les chemins
Dans l'ignorance
Avec ce courage immense.

Ma vie secrète n 'est pas le reflet de mon âme,
Je porte le même gilet de sauvetage
Je n'ai rien construit
Un château de sable s'efface........
Le donjon craque et disparaît
Une grande imprudence vole à mon secours.

0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !