2 lectures

0

Encore vierges, les terres de Volsung se sont mises à rougir.

Quand les corps d'armées, de combat se sont mis à mugir.

Dans ce berceau de roche qui offre son souffle aux trompettes.

L'archipel sacré vit venir l'ère triste des tempêtes.


Menée d'une main de fer par un chef carnivore.

Déterminer à porter le Dieu damné Isadril.

L'armée noire progresse, gangrène, dévore.

Elle coupera par la faux la tête des indociles.


Guidé par le cœur d'or d'un leader trop altruiste.

Déterminé à repousser leurs terribles adversaires.

L'alliance du dragon affronte, contient, résiste.

Elle brandira la flamme pour éclairer cette ère.


Mais une menace silencieuse sature les échos.

La rumeur parle d'un mage aux pouvoirs millénaires.

Le nom du Passeur sonne les doutes, sème les complots.

Un homme pouvant purger les monts des militaires.


Sur cette toile bigarrée une âme damnée s'avance.

Un être égaré, condamné à de sourdes souffrances.

Par ses yeux crevés vous connaîtrez les légendes.

Les hauts-faits des guerriers qui ont peuplés ces landes.


*


Portant du bout des doigts des sorts ignorant les armures.

Traînant un lourd masque d'os noir et une patte haineuse.

Cachant dans sa botte droite une dague nommée murmure.

Un chante-mort avance mue par des envies vénéneuses.


Isolé, il s'engagea dans la meute de Dame Navis.

« Tu ne partage pas nos valeurs » feula le lieutenant.

À celui qui n'avait plus que l'armée noire comme famille.

Il lui répondit que son cœur lui revenait dorénavant.


Lorsqu'on demande à Lame ce qui le poussa ici-bas.

Il répondait toujours qu'il avait des trous dans la tête.

Il revenait d'un long voyage de l'au-delà.

Durant lequel il avait contracté une lourde dette.


Chaque matin, ses pupilles pâles laissaient couler la suie.

Ravageant son visage clair de brûlures insoutenables.

Il avait fait un marché pour retrouver la vue et la vie.

Auprès de démons à la cruauté inégalable.


Dérangé, et rongé par la colère contre son frère.

Ragnar, qui vola ses prunelles lorsqu'ils étaient enfants.

Prêt à tout pour récupérer ses iris par le fer.

Lame conclut un pacte avec Svart le nécromant.


*


Une ombre tentaculaire s'étend derrière les cimes et.

Filtrant un vent mauvais abreuvant les rumeurs.

D'un être portant la vengeance d'un peuple décimé.

Dans les esprits se dessinèrent les lettres du Passeur.


Tout commença avant l'heure de des premières escarmouches.

L l'humeur tranchante, une dague pendante entre les dents.

Deux Gobelins laissèrent choir de leurs affreuses bouches.

L'ordre de partir, le nom honnis, la promesse du tourment.


Et les menaces s'encrèrent sur le champ, dans les camps.

Le passeur était armé de la bourse du sabre.

La nuit, les rôdeurs harcelaient les campements.

Le jour, l'argent recrutait les instables.


Pour combattre une ombre il faut lui faire un corps.

Les chefs chargèrent donc leurs bras de mener enquête.

L''aelf Hismeria mis la main sur une étrange corne.

L'artefact indiqua où dormait l'abjecte de leur quête.


Les armées convoquèrent à unissons leurs lieutenants.

Elles réclamèrent la tête du souffleur de sombres litanies.

Surarmées, les cohortes encerclèrent le lieu tenant.

Porteur de sorts runiques, le Passeur les anéantit.


*


Par ses sorts Svart boucha les trous dans la tête de Lame.

Il se remémora ainsi son crime le plus ignoble.

Le trépas de toute sa tribu qui trépanait son âme.

Coupable, il contacta l'alliance aidés des rossignols.


Prêt au pire pour retrouver sa vraie famille.

Il rencontra Ragnar loin des tympans espions.

Il priait le pardon, promis une allégeance infaillible.

Que Ragnar accorda contre la capture d'un champion.


Lame offrit à Ragnar son masque d'os noir imondes.

Qu'il avait dépecé jadis au visage de leur père.

Il demanda à se faire rosser devant tout le monde.

Pour que susbsiste le mirage de la querelle des frères.


Svart croyait en Lame ce qui lui coûta cher.

Il accepta de le suivre trop loin de ses alliés.

La lame de Lame lui laboura la chaire.

Le traitre le fit offrande pour pouvoir se rallier.


Mais la machination de Lame ne fut pas sans coût.

Un sacrifice fut mandé par la guilde des artisans.

Ce sont des larmes claires qui coulèrent de ses joues.

Quand son frère prit sa place sur l'autel, souriant.

*


Revenant des terres sans soleil, Ragnar était déterminé.

Il reprit la tête de l'alliance et celle de l'artisan coupable.

Gdar qui l'avait sauvé voulait maintenant exterminer.

Ce chef qui trancha lachement un ami si admirable.


Lassé et délaissé, Gdar embrassa les pas du Passeur.

L'orgueilleux conquérant portait deux armes bien trop puissantes.

Son corps armé saturé par les déserteurs.

Se rassembla unique, idole de l'ère défaillante.


Les armées brandirent l'étendard sur les hautes plaines.

L'armée noir comptait trop de mages, saint pères de douleurs.

Après le cris du core l'alliance connu des hautes peines.

Se pensant unis ils furent trahis par bien des leurs.


Ankidou le cabot perca les colonnes vertébrales.

Le rossignol Aaricia rengaina l'arme et la moral.

Mais l'acier de Ragnar lacérait plus que son mental.

Son puissant cris de guerre vint recouvir l'écho des râles.


La fureur des dragons révéla Lame dans la bataille.

Suivant le contre-assaut de son frère sur l'armée noir.

Se battre pour ceux qu'on aime permet de briser des murailles.

Les frères se retrouvèrent sous l'étendard de la victoire.


Ragnar encore blessé de son séjour en terres incolores.

Rencontra le Passeur pour achever cette guerre trop longue.

« L'armée noir est défaite, trop d'amis y ont laissé leur corps »

L'alliance leva le camp, libérant les terres de Volsung.
0

Vous aimerez aussi !

Du même thème

Du même thème