Sur le fil des « peut-être »

il y a
1 min
2 892
lectures
3342
Lauréat
Public

J'écris parce que je ne sais pas lire.  [+]

Image de Printemps 2020

À l’aube de mes mots, j’accrochais des chimères
Des « quand je serai grand », des « comment », des « pourquoi »,
Marmot impatient aux rêves éphémères.
Le passé bourgeonnait sur un présent narquois.

Des « quand je serai grand », des « comment », des « pourquoi »,
Je posais mes demains sur le fil des « peut-être ».
Le passé bourgeonnait sur un présent narquois,
L’avenir conjuguait interdire ou permettre.

Je posais mes demains sur le fil des « peut-être »,
Quand l’adulte hautain m’endormait de ses « non ».
L’avenir conjuguait interdire ou permettre,
La liberté soumise au joug des lois sans nom.

Quand l’adulte hautain m’endormait de ses « non »,
Les espoirs rugissaient dans l’ombre de mes doutes.
La liberté soumise au joug des lois sans nom,
Boiteux furent mes pas aux chaos de la route.

Les espoirs rugissaient dans l’ombre de mes doutes.
Au crépuscule, un soir, je renierai « peut-être ».
Boiteux furent mes pas aux chaos de la route,
De chutes en écueils, à la rage d’admettre.

Au crépuscule, un soir, je renierai « peut-être »,
Les Parques sur mon fil, au pied du Sablier.
De chutes en écueils, à la rage d’admettre,
Le temps est imparfait. Il me faut oublier.

Les Parques sur mon fil, au pied du Sablier,
Il n’est plus de peut-être, et certitude amère,
Le temps est imparfait. Il me faut oublier.
À l’aube de mes mots, j’accrochais des chimères.

3342

Un petit mot pour l'auteur ? 627 commentaires

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sabrina Bezzah
Sabrina Bezzah · il y a
J’arrive après la victoire 🤗 j’aurais soutenu votre poème sans hésitation. J’aime beaucoup votre plume. Félicitations ! Je vous souhaite d’autres réussites 💐
Image de Souricette Sur le Net
Souricette Sur le Net · il y a
Bravo à toi ! Krystyna
Image de Maximus Leo
Maximus Leo · il y a
Construction remarquable, bravo.
Image de Flora Lilyfox
Flora Lilyfox · il y a
Magnifique, tes mots sont très touchants et tes pensées nous touchent en plein cœur
Image de PENIN Jacques
PENIN Jacques · il y a
J'entrave rien à la poésie, mais celle-ci m'a touché.
Jac

Image de Chateau briante
Chateau briante · il y a
en forme de pantoum (que j'ai découvert récemment) c'est notre lot à tous de vivre sans savoir, sans comprendre jamais...
un enfant innocent, plein de rêves et d'espoir arrive à l'âge adulte, s'écorchant les genoux, sur des textes de loi, que le doute interroge et la nuit va tomber et la vie se termine, sans plus aucun espoir, juste ces deux questions du "comment ?" et "pourquoi ?"

j'apprends :

"...
Les Parques sont trois sœurs
...
Elles sont aussi vieilles que la Nuit, la Terre et le Ciel.
Elles se nomment Nona, Decima et Morta et habitent un séjour voisin de celui des Horae (Heures), leurs possibles sœurs, dans les régions olympiques, d'où elles veillent non seulement sur le sort des mortels, mais encore sur le mouvement des sphères célestes et l'harmonie du monde.
Elles ont un palais où les destinées des hommes sont gravées sur du fer et sur de l'airain, de sorte que rien ne peut les effacer.
Immuables dans leurs desseins, elles tiennent ce fil mystérieux, symbole du cours de la vie, et rien ne peut les fléchir ni les empêcher d'en couper la trame.
...
Elles incarnent une loi que même les dieux ne peuvent transgresser sans mettre l'ordre du monde en péril..."

merci M.Irage
je pense à "Éphémère" la destinée, aussi...

Image de Camille G
Camille G · il y a
Vraiment tres beau bravo
Image de Sda Fdla-Chmr
Sda Fdla-Chmr · il y a
Poème vrai et de lecture agréable.
Image de Jennyfer Miara
Jennyfer Miara · il y a
Félicitations, c'est un très beau poème :-)
Image de Silvie DAULY
Silvie DAULY · il y a
J'arrive bien tard mais je rends hommage à la beauté et à la musicalité de ton poème. Bravo.

Vous aimerez aussi !