Image de Artvic

Artvic

16 lectures

1

J'étais debout devant votre corps de déesse
Abaissée à hauteur, vos deux mains sur mes fesses...
Mes yeux encore fermés je sentais vos caresses
Se poser lentement recherchant ma tendresse

Et comme pris en otage je me suis laissé faire
En cet instant béni, vous brûlante comme l'enfer
Mon sexe droit érigé entre vos mains se serre
Et dans un effleurement, j'ai vu mes mots se tairent...

À mon oreille maintenant, j'entends juste vos soupirs
Votre bouche embrasser mon gland pour engloutir
Ce membre bien ferme alors qui ne veut plus sortir
Avant d'avoir atteint le sommet du plaisir...

Les lèvres de votre bouche viennent en doux va et vient
Là tout comme vos doigts en anneaux si divins
Forçant à chaque recule comme dans un coup de rein
Jusqu'à faire naître en moi, le plaisir sur le frein

Sans de cesse vous passez tout en me regardant
De vos yeux pleins d'amour et votre langue léchante
Mes bourses pleines excitées de vous donner, rêvant
De vous montrer combien vous êtes une bonne amante...

Et soudain je sens venir la fièvre en mon corps
Vos massages, fruit demant, oui allez y encore...
Je me tiens devant vous prêt à jouir fort...
Ma liqueur toute chaude sur toute votre peau d'or...

Dans un cri étouffé, je ne peux me retenir
Sous ces pulsions qui viennent à me faire réagir
Je vous supplie alors dans un râle pour finir
Dans des jets cadencés, je me suis vu mourir...

Votre langue qui passe... cette sécrétion d'amour
En mon âme qui flamboie où je sens tour à tour
Vos caresses infinies où je n'ai plus recours
Qu'à devenir votre esclave jusqu'à la fin des jours...
1

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lire la charte

Pour poster des commentaires,