1
min

Station immobile

Image de L'oiseau bleu

L'oiseau bleu

1 lecture

0

Que je mène un combat sans haine et sans désir
Qu’à la force d’y croire je dois de ne faiblir
Ni pendant ni après l’entre-choc des armes
Qu’il me faille entrevoir derrière la peur des larmes
Le péril de vivre sans attache et sans frein
Qu’aux tumultueux courants il faille m’abandonner
Et je pleure et j’enrage, que le confort du rien
Me maintienne si loin du lieu de mes pensées
Que l’ombre de mes doutes me laissent en arrière
A errer dans le vague sentiment d’être en vie
Dont aucun ne témoigne et personne n’espère
Qu’il durera toujours pour finir dans l’oubli.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,