1
min

Souvenirs enracinés

Image de Mister Douhaine

Mister Douhaine

6 lectures

0

Notre imagination tendra à amplifier la véritable vérité de
nos événements passés.
Impression demeurant dans nos mémoires, parcours qui
mène au plus profond des secrets de nos souvenirs, sans
s’arrêter en chemin.
Souvenir tenace, oblitéré par le temps.
Souvenir enraciné, imprimé dans la roche.
Souvenir d’enfance, qu’on aime évoquer.
Il ne s’agit pas de lire vite mais d’atteindre le plus souvent,
en effet, le sens de ce qui paraissait obscur.
Le simple fait de ne pas revenir en arrière pour un oui,
pour un non va déjà nous faire progresser vers des souvenirs
oubliés.
Le temps est bien gris sur le chemin de nos souvenirs, les
arbres ont perdu toutes leurs feuilles, rien n’est plus pareil
aujourd’hui.
Être là, assis sur notre banc, en contemplant les roses qui
commencent à s’effriter et qui perdent leurs couleurs.
Il ne reste de ton amour que le souvenir de ton parfum à
l’odeur si particulière qu’il me hante encore et attriste mon
cœur.
Souvenir qui revient sans cesse à l’esprit, en mémoire.
Souvenir qui s’estompe mais qui avec le temps resurgit.
Un vent léger s’est levé comme pour laisser apparaître ton
visage ou au contraire t’effacer davantage de mon esprit et de
ma mémoire.
Mais ton image est ancrée en moi, tu restes auprès de moi
sur ce même banc.
Nous contemplions ces mêmes fleurs qui en ta présence
rayonnaient de couleurs, nos mains entrelacées, les yeux
remplis de douceur.
Souvenir d’un événement, d’une expérience que l’on
n’oubliera jamais.
Souvenirs qui dorment au fond de nous et qui
s’enflammeront à la première lueur d’espoir.
Souvenir dont on veut cacher l’existence de peur de réveiller
de vieux démons.
Il est loin ce temps où nos cœurs battaient la chamade, notre
vie n’était pas triste, nous voguions sur un océan de
tendresse et de bonheur.
Ton amour pour un autre ne m’a finalement laissé que solitude
et amertume.
Que le temps devient de plus en plus gris, le vent de plus
en plus glacé.
De ces fameuses fleurs, il ne reste que les tiges, le banc sur
lequel nous nous asseyions se fragilise et se craque par endroits.
Souvenir du passé mais qui est présent dans les esprits, tu
es bon, mauvais, affectueux, doux et à la fois douloureux, tu
rends nos cœurs heureux et malheureux.
Souvenir, tu es entre deux feux, deux rives, tu ravives les
bons moments de nos vies ainsi que les mauvais.
Mon cœur si fragile fait couler une larme chaude à
l’extrémité de mes yeux.
Est-ce de joie ou de peine ?
À nous de savoir quels souvenirs garder pour que perdure
notre mémoire.
0

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,