Soufflé(et)

il y a
1 min
97
lectures
18
La vanité est un soufflé(et)
Chaude elle se déguste
Froide elle s'affaisse

Inutile d'accrocher
Ton wagon à la Micheline
Si ton wagon est plein
De ton vide de ton Rien
Et même si tu crois Etre
Dans l'air du temps
Le temps étant
Pris dans les faisceaux
Des lumières divines
Des médias de la chaîne
De la Médiocrité diaphane

Ne cherche pas trop l'Orient
Ses fluides arabesques
Et pousse pousse
Contre les autres
Au bord de ton précipice

Trêve de simagrées
Tu resteras Panurge
Méfie-toi ! L'Afrique
Pique
Et tu pourrais devenir
Le cousin de la mouche
Pat Hibulaire !
18

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,