Songes

il y a
1 min
46
lectures
8
Qualifié

J'attends qu'enfin le crépuscule sache ressembler à l'aube. Parce que c'est délicat de sa part. Et drôle.

Image de Prix Saint-Valentin - 2016
Les songes que je fais, mes songes sont des messages. Imagine des images d'éponges en gage de toile de fond ; les rivages du Gange ou simplement des orages étranges. Certains visages en cages, certains visages d'anges, les beaux yeux lumineux - étaient-ils bleus ? - de Francis Ponge. Dans ces prisons, les ombrent longent au privilège de l'âge les peaux d'orange d'un soir.
Par dessus nos histoires on aura entendu quelques mages parler, rire et chanter. L'avenir se prolonge : il n'est ni vie ni mort. Nous ne pouvons mourir.
En temps réel seulement, la peur qui ronge, la colère qui enrage, les chagrins qui engrangent et rangent les larmes. Un vieux singe sage en nous y fige sa danse pitoyable d'éternel enfant.
Et le Temps compte en piges. Et l'Espace compte en pages. Et de piges et de pages, l'être humain n'est que mots.
Alors nous voici dans l'orangé des sentinelles, la plénitude des silences dans ce désert sous les tentes bleues des univers qui nous rassemblent.
Il n'est plus une histoire, plus une comptine, plus une berceuse qui puisse mourir vraiment. Plus une, qui puisse mourir vraiment.
Au matin mes songes se retrouvent pour danser tandis que je sors du sommeil, et toi tu tends tes bras, tes mains vers moi. Mon amour. Mon amour.
Et toi tu tends ta vie, mon amour.
8

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,