Songe

il y a
1 min
24
lectures
0
Un bruit de balancier résonne dans la pièce
Une goutte tombe la cloison se resserre
Des bruits glissent pareils à une aubade sincère
L'air humide est empli d'oublis et de vieillesse
Je compte les heures j'observe un simulacre
Fait de quelques doutes et de poussière sale
Dans ce noir galetas la lumière abyssale
Fatigue mon regard de miséreux pouacre

Une porte s'ouvre brusquement ce sont eux
Ils me cherchent partout ils ne peuvent me voir
Je suis déjà parti comme chaque autre soir
Dans mes bras je cache tous mes actes honteux
L'un lève la tête l'autre change mes draps
On m'aperçoit soudain lorsque tombe une penne
Ils crient mais je ne les entends J'entends ma peine
J'attends Sa voix dire libre tu deviendras

Il parle doucement au creux de mon oreille
Me rassurant et m'apaisant de mes douleurs
La pièce de jais s'estompe et des couleurs
Nouvelles jaillissent Je vois une corneille
Je vois son oeil d'ambre se jucher sur mon corps
Les hommes le toisent de leurs regards mauvais
C'est par une embrasure qu'il s'est sauvé
En me laissant un chant aux étranges accords
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,