Slam de l’oubli

il y a
1 min
431
lectures
324
Finaliste
Jury
Recommandé

J’écris pour ne pas bricoler… au grand soulagement de ma famille, mes amis, mes voisins et de tous les médecins urgentistes de la région grenobloise  [+]

© Short Édition - Toute reproduction interdite sans autorisation

Le lit était défait... il l’avait fait. Sa mémoire s’en alla, il en devint très las. Même les évidences n’entraient plus dans la danse. Ses oublis consternants, des soucis épuisants. Désavouer le dire, envisager le pire. Vieillesse amputée des souvenirs partagés. Cette inconnue dans la maison, un appel à la déraison. Des absences chroniques et même parfois comiques. Pour les photos, il n’est jamais trop tôt, un appel à la mémoire, mais la chambre reste noire. Un chemin de croix, la force qui décroît. Et puis on devient lâche quand l’énergie nous lâche. Redoubler les efforts, trouver le réconfort. Peine perdue, amour perclus. Son regard en trop-plein, des enfants orphelins. Devenir tueur pour chasser l’imposteur. Elle avait rendu les armes, l’oreiller avait étouffé ses larmes. Ils avaient vécu côte à côte, acceptant leurs marottes, mais, de sa vie, plus envie, le vieil homme la lui avait ôtée, pour qu’elle dorme tranquille... de l’autre côté.

Recommandé
324

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !

Poèmes

Long courrier

Paul Brandor

Jérôme avait reçu bien tardivement la lettre d’Aline… Six mois après la date prévue. Six mois avec des hauts et surtout des bas.
Aline et Jérôme s’étaient rencontrés à une fête ... [+]