Sir Enculé, Elle rien à voir

il y a
1 min
5
lectures
0

Ouragan de messages textuels informatiques, Picturales et Terrestres, les symboliques s'accumulent Sur l'océan dense électrique Et la violence virtuelle économique D'une gigantesque bulle:  [+]

Je suis un serf vie-dés,
Je ne suis pas la servitude,
Et si je brame la nuit,
C'est pour décompter l'habitude.

Je ne suis pas un cerveau vide
Je sers le fleuve noir des oiseaux
Hostiles- Damoiselle passe ton chemin!-
Tu ne connais rien des ravages du Styx!

Liseuse de disette feinte, elle croit
Que j'appartiens à ses cauchemars connus;
Qu'elle visite donc les miens
Qu'aucun Atarax ne sauvera plus:

Elle sera livide et blême d'horreur
De voir les rivières de sang dans mes yeux
Tandis qu'elle pleurniche pour un chien
Qui aboyait un peu et qu'on mordait si fort.

Je suis le sémaphore noir des noyés
Et je ne console que les comparses du néant
Qui n'ont plus d'autres noms, races ou sexes
Autres que la Douleur immense
Qui naît de l'Autre.

Qu'elle reprenne donc ses calomnies
Et qu'elle s'éloigne en catimini si je la vois:
Je ne suis pas un ange ailé; je suis une mésange
Obsédée d'Obsidienne, déchue et Zélée par la Nuit.

Nos mondes n'ont rien à voir;
Je saignerai les millénaires quand elle découvrira à peine
Comment on se colle un pansement sur le coeur,
Le Seigneur seul sait combien
Et pourquoi je suis vêtu de peur:

J'ai vu le diable mille fois en face,
Et toi tu joues du tambourin.
0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,

Vous aimerez aussi !