166 lectures

104 voix

En compétition

Il y a un singe, sur le toit de ma tente.

Le singe, c'est toi
Avec tes lunettes noires

Habille la nuit
Si tu ne veux pas qu'elle sorte toute nue
Mets-lui le manteau de tes plumes

Il y a un singe sur le toit de ma tente
Tu ne pars pas, si je détourne l'œil
L'étoffe des toits murmure comme une oreille
De toile, de tente entre tes doigts

Gargouille dans les bars
Avec ta lanterne mauve
Tu seras prudent, ce soir
Les bottes et les clous ne remplacent pas ton cœur
À ton dos, j'ai cousu des ailes

Le ciel se bagarre avec ses cumulus
Les tonnerres rentrés ne quittent pas leurs sacs
Tes halos sont blonds comme mes cheveux gris

Il y a un singe, sur le toit de ma tente...

On en reste aux serres dans le vide
Tes mains qui pendent, dans les ruelles bleues
Aucune pensée n'est vaine, dans nos abîmes
Nos abysses

Gargouille des brumes
Avec ton échelle mauve
Tu seras prudent, ce soir
Les trottoirs fument comme des griffes cendrées
Les lignes éclatent dans la craie

Les croix de nos doigts sont juste des escaliers
Par la porte d'entrée, je les retrouve parfois
Il y a un bouquet sur leurs marches vides
On ne sait pas s'ils montent ou s'ils descendent

On berce nos bras de partitions tremblantes
Des meubles avalés par le gouffre de ta course
Immeubles ouverts comme des toits aux gueules noires
À travers tes os, le vent joue de la flûte

Les toiles du ciel te transforment en oiseau
En ombres, ta veste
Percute des rafales
Les anges de pierre ne fondent pas sur la rue

Il y a un singe dans ma tête de bois
Et les murs boivent des colonettes sales
Tes ongles s'étirent sur l'asphalte neuf
Comme des rocs en étoile

Je te parle souvent de mon zoo sans lumière
Tu peux vivre là-bas comme un animal blême
Les fantômes d'en bas te protègent du soleil
Les poissons y transportent des lanternes

Le sol de ma tente est un souterrain blanc
Couloir orange avec des ampoules borgnes
Le singe dans ma peau s'y promène en boitant

On dort dans les bois avec nos lampes jumelles
J'ai encore mon front contre tes façades
Tes murs de meulière autour de ma tempe frêle

J'ai rêvé longtemps de tes bâtiments vieux
Gargouille des camps avec tes regards mauves
Je t'entends chercher dans mes affaires humaines

Mes yeux sont ouverts sous les clefs de ta voûte
Il y a des singes partout où je t'emmène
Des clowns perdus dans un labyrinthe glauque

Les vitres des cages aux sous-sols de phosphore
C'est l'empreinte rose de tes plumes de primate
J'ai posé sur ton pouce mes consciences qui s'affolent

Du toit de ma tente, tu dégringoles au marbre
Un souffle de verre, à travers tes ailes noires
Au cœur de la terre, tes rêves causent à mes rêves

— Il pleut des singes sur la ville, ce soir.



PRIX

Image de Automne 19

En compétition

104 VOIX

CLASSEMENT Poèmes

Un petit mot pour l'auteur ?

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,
Image de Sandrine Michel
Sandrine Michel · il y a
Excellent, mes 5 voix !
·
Image de Patrick Gibon
Patrick Gibon · il y a
GEANTISSIME!!
du très grand art et je "signe du singe" d'autant que je suis gib(b)on, bref proche de ce sérail pataphysique et surréaolo-dadaïste!

·
Image de Emma Grimal
Emma Grimal · il y a
Haha merci beaucoup pour vos encouragements, ils me vont droit au cœur :D
·
Image de michel jarrié
michel jarrié · il y a
Un envoutement qui donne envie de grimper aux arbres !
·
Image de Zouzou
Zouzou · il y a
Mais qui est qui dans la Grande Histoire ? Mes voix
en lice Au bon ressort si vous aimez

·
Image de Monique Feougier
Monique Feougier · il y a
j'ai lu et relu votre texte : une pluie d'images, de mots, de poésie dans chacun de vos vers. Un véritable enchantement, un enchaînement, un rythme, une réflexion qui m'ont fait frissonner. J'aime autant, le fond que la forme. Je m'en vais le relire à haute voix pour que mes oreilles s'imprègnent de votre talent...Mes voix assurément !
·
Image de Emma Grimal
Emma Grimal · il y a
Merci ça me touche !!
·
Image de Dranem
Dranem · il y a
J'ai cru lire la version poétique de King Kong Théorie de Virginie Despentes ... toujours est il que j'aime beaucoup ce texte ! je suis en lice pour le GP avec cette nouvelle, si vous avez le temps : https://short-edition.com/fr/oeuvre/nouvelles/elvira
·
Image de Herker_hermelin
Herker_hermelin · il y a
c'est stupéfiant ! Est-ce le singe qui singe l'homme ou bien l'homme qui singe le singe ?
·
Image de Emma Grimal
Emma Grimal · il y a
L'altérité en soi, le double… un thème qui m'est très cher et dont parle effectivement ce poème. Qui est le singe ? Celui qui parle ? Celui à qui on s'adresse ? Les deux ?
Contente que vous ayiez vu cela dans ce poème :)

·
Image de Virgo34
Virgo34 · il y a
De belles métaphores qui laissent deviner une imagination débordante et pleine de mystère.
·
Image de Odile
Odile · il y a
Il pleut des mots en tous sens, j'en attrape quelques uns, je les lâche aussitôt, sans suite. Il pleut des images, des bribes, morceaux de miroirs. Parfois c'est frustrant mais il y a un mouvement qui relie et c'est bien ainsi.
·
Image de Julien1965
Julien1965 · il y a
C'est beau sans avoir bien compris, mais peu importe..., j'aime les images que vous suscitez par vos, notamment cette pluie de singes sur la ville. Je vous souhaite également la bienvenue sur ma page...
·

Vous aimerez aussi !

Du même auteur

Du même thème