Sieste

il y a
1 min
36
lectures
0
Un courant d’air passe et s’en va.

Mon sexe bat au rythme de mon cœur.
Je flotte entre sommeil et éveil
Et mon corps se soulève.
Le silence bourdonne.

Volupté et vide cotonneux
flotter flotter flotter et passer par la fenêtre.

J’écoute, indiscrète, tactile, étrangère,
les bruits, les vents, les cris
et le silence.

Je m’enfonce dans mon corps
Et renonce à l’éveil




0
0

Un petit mot pour l'auteur ? 0 commentaire

Bienséance et bienveillance pour mot d'encouragement, avis avisé, ou critique fine. Lisez la charte !

Pour poster des commentaires,